Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mon coin lecture ... maintenant à moncoinlecture.com

The one (La sélection #3) - Kiera Cass

22 Mai 2014 , Rédigé par Karine :) Publié dans #Littérature "Young Adult"

The-one.jpgOk.  D'emblée je l'avoue: je n'ai pas été séduite par cette finale.  Je dirais même plus, j'ai passé la moitié de ma lecture à bougonner alternativement contre les personnages et l'auteur.  Au grand plaisir de mes collègues qui avaient 5h de route à se taper avec moi, of course.   Parce que pour moi, ce dernier tome, ça a été surtout deux ados qui ne veulent pas céder en premier.  Ni l'un ni l'autre.  Et qui agissent comme des gros bébés gâtés.  Ajoutons à ça tout un tas d'éléments révélés un peu n'importe comment et surtout, tous en même temps et des coïncidences "pratiques"... vous aurez mon opinion globale.  Que je semble être un peu la seule à partager, d'ailleurs. 

 

Déçue je suis. 

Même si pour plusieurs éléments, je savais exactement comment ça allait finir, of course. 

 

OK... À PARTIR D'ICI, JE VOUS FAIS MES RÉFLEXIONS À VOIX (OU PLUTÔT DEVRAIS-JE DIRE "LETTRE" HAUTE... DONC JE SPOILE.  ALLÈGREMENT. VOUS ÊTES PRÉVENUS!

 

Je l'avoue d'emblée, j'avais du mal à voir comment l'auteur allait se sortir du pétrin dans lequel elle s'était mise dans le tome 2, dans lequel il n'arrivait presque strictement rien, à part des préparations de soirées et des querelles d'amoureux.  On n'apprenait rien du monde ou presque, rien de l'intrigue "sociétaire".  Grosse stagnation.  Du coup, ici, ça se bouscule, on apprend plein de choses, mais sérieusement... ça sort de nulle part.  Difficile de comprendre les liens, les implications, de se réjouir des révélations...  tout nous est livré trop vite.  J'ai bien aimé la partie de la trame impliquant la princesse italienne.   Mais pour le reste, bof... beaucoup trop "facile" pour notre héroïne à qui tout le monde fait immédiatement confiance, n'est-ce pas. 

 

Ensuite, les histoires d'amour.  Non mais SÉRIEUSEMENT??  Entre les crisettes de diva, les malentendus énoooormes et les "non, je veux pas le dire en premier, dis-le toi", c'est du grand n'importe quoi.  Sans compter les révélations (cousues avec un fil blanc tellement énorme que ça fait peur) constamment interrompues et l'amourette d'Aspen qui sort (encore une fois) du chapeau du magicien pour laisser le champ libre aux tourteraux.    C'est arrivé QUAND??  J'en ai manqué un bout?  C'est trop pratique.  Même chose pour l'attaque dont notre miss se sort en étant - encore - enfermée sans rien faire alors que le champ se libère pour elle (ben oui... tuons le roi, vu qu'il n'aime pas la miss... simple, non?)

 

Bref, je suis limite insultée.  Par trop de facilités et par le fait que j'ai eu l'impression qu'on prenait les jeunes lecteurs pour des nonos.  Si on voulait faire une histoire de princesses, soit.  Qu'on en fasse une et c'est cool.  Mais tant qu'à insérer des éléments dystopiques, faut le faire au moins de façon cohérente.  

 

Un gros bof. 

Malgré l'idée de base qui me plaisait bien. 

 

Clarabel en parle aussi aujourd'hui...

Partager cet article