Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Mon coin lecture ... maintenant à moncoinlecture.com

La route des petits matins - Gilles Jobidon

27 Juin 2008 , Rédigé par Karine :) Publié dans #Littérature québécoise

Résumé
"La route des petits matins s’inspire du parcours initiatique d’un réfugié de culture sino-vietnamienne après la chute de Saigon. Entre autres personnages, on y trouve maître Wou, un maître de thé dont les enseignements sont illustrés de proverbes et de dictons qui puisent à une sagesse immémoriale très inspirante pour notre époque agitée.

Tout au long du récit, le narrateur conserve pour le héros et sa culture une pudeur chargée de tendresse amoureuse. Le texte, empreint d’émotion et de poésie, utilise des tournures qui s’apparentent à la structure fleurie des langues asiatiques et donnent aux phrases une musicalité envoûtante.

Écrite comme une longue lettre d’amour, La route des petits matins salue le courage, la solidarité, la détermination et la faculté d’adaptation des réfugiés, d’abord pour fuir leur pays, puis pour s’intégrer à une culture et à un climat diamétralement opposés à ce qu’ils ont auparavant connu."

Commentaire
J'ai lu "La route des petits matins" comme un long poème.  En effet, j'ai savouré chaque mot, chaque phrase, chaque énumération.  Étrangement, cette lecture racontant l'histoire de la fuite vers la freedom d'un jeune sino-vietnamien a réussi à me calmer à un moment où j'étais très fébrile (comme vous pouvez l'imaginer, ce billet est pré-programmé... à l'heure de sa publiation, je dois être en train de dormir tranquillement... du moins j'espère!) de par sa musicalité, sa poésie, ses répétitions.  J'ai adoré le langage imagé dans lequel le narrateur livre son témoignage d'amour.  On le lit à voix haute et on se laisse emporter.  

C'est un sujet sur lequel je n'avais pas beaucoup lu jusqu'à maintenant.  Suite à l'avènement au pouvoir de Ho Chi Mihn, la vie a changé à Saigon et aux alentours.  Par des chapitres très courts, tels les clichés que le jeune réfugié a apporté avec lui en souvenir, l'auteur évoque des moments de sa vie à Saigon mais aussi ceux de cette fuite, empreints d'une émotion palpable.  Les paysages, les personnages s'envolent à partir des pages et sont là, devant nous, malgré qu'ils soient souvent évoqués par métaphores.  

C'est un récit beau mais à la fois poignant.  Dans ce pays, le ciel ne pleure pas pour rien...

9/10 

Voir les commentaires
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>