Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mon coin lecture ... maintenant à moncoinlecture.com

Mon amoureux est une maison d'automne - Mara Tremblay

28 Mars 2012 , Rédigé par Karine :) Publié dans #Littérature québécoise

mon-amoureux-est-une-maison-d-automne.jpgPrésentation de l'éditeur

"Florence est artiste peintre.  Elle voyage à travers le monde, ainsi que dans les espaces flous de son esprit.  Des forces ambivalentes l'ont toujours poussée vers les extrêmes: de l'amour sincère à la peur de l'autre, de la lumière à l'obscurité... Mère de deux enfants, la mort récente de sa mère l'habite et l'émeut.  Ses relations amoureuses disparates la font douter de la sincérité de l'humain.  Au fil de la poésie, Florence se reconstruit, revient sur ses pas, et cherche une paix dans son chaos.  Qu'est-ce que l'amour, qu'est-ce que la vie, qu'est-ce que la création, où vont ces enfants qui grandissent, nos parents qui vieillissent?"

 

Commentaire

Je voulais vraiment vraiment lire ce roman.   D'abord parce que les thèmes m'intéressaient mais aussi parce que j'aime énormément ce que fait Mara Tremblay, l'auteur-compositeur-interprète.  J'étais donc fort curieuse de voir ce qu'était son premier roman. 

 

Si je veux être bien franche, je dois avouer que je ne suis qu'à moitié convaincue.  Je crois que je préfère de beaucoup Mara Tremblay en chanson qu'en roman.  En effet, si certaines phrases sont très belles, poétiques, évocatrices et si certains passages résonnent forcément en nous, au final, je garde une sensation d'urgence mais aussi l'impression d'être arrivée à bout de souffle au milieu d'une course. 

 

Ce roman, c'est un peu la vie et les pensées d'une femme au début de la quarantaine, bipolaire, dépendante affective, ayant vécu des expériences douloureuses et n'en étant pas tout à fait remise.  Elle est peintre, vient de perdre sa mère et sa vie amoureuse est un peu à l'envers.  Entre Armand, son amant de Barcelone qui la met complètement à l'envers et Simon, qui lui fait aussi de l'effet, elle se questionne et se laisse porter à la fois. 

 

Le récit tourne, revient sur lui-même, les époques se mélangent et l'exercice de nous faire comprendre la vécu et les paradoxes d'une personne bipolaire est selon moi réussi,   Toutefois, ça a le défaut de ses qualités.  Nous avons ici un récit très égocentrique, avec beaucoup de répétitions, où on semble faire deux pas en avant et trois en arrière.  Il y a un "je" omniprésent sans cesse martelé, qui m'a empêchée, à la longue, de me sentir impliquée dans le récit.  Sans me sentir voyeur, je me suis quand même demandé en quoi j'étais concernée par cette introspection.   Et je suis restée à distance, sans trop m'attacher au personnage de Florence. 

 

Un final un peu mitigé, donc.  C'est un peu décousu et répétitif (les mots "inspirée" et "reposer" reviennent très souvent) et si je suis consciente que c'était probablement l'effet recherché, ça a fini par me lasser.  Je vais donc continuer à acheter ce que fait Mara Tremblay... mais en chanson!

Partager cet article