Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mon coin lecture ... maintenant à moncoinlecture.com

L'orangeraie - Larry Tremblay

18 Janvier 2014 , Rédigé par Karine :) Publié dans #Littérature québécoise

L'orangeraieCe roman, c'est l'histoire de deux enfants, Amed et Aziz.  Jumeaux identiques, ils grandissent dans un pays désertique en guerre, ça pourrait être n'importe où mais ça sonne tout de même Moyen Orient.  Ils habitent dans une magnifique orangeraie, fruit du labeur de leurs parents et grands-parents, sorte de paradis terrestre.  Au troisième paragraphe, ils sont devant les décombres de la maison de leurs grands-parents paternels, tués par une bombe lancée par ces "chiens habillés" qui vivent de l'autre côté de la montagne.  Les ennemis.  Puis arrive Soulayed, homme important.  Terrifiant aussi, avec sa mitraillette et son jeep bruyant.   Soulayed affirme que les jumeaux ont réussi à traverser la montagne, là où aucun homme n'avait réussi à passer avant eux.  Ils ont été choisis par Dieu.  L'un deux aura l'honneur de mourir en héros pour sa patrie, sa foi, et pour venger ses grands parents.  

 

Reste juste au père à déterminer lequel.  

 

Ce roman, c'est une véritable claque, mais une claque qui frappe là où ça fait mal.  Ce qui est devant nos yeux, c'est la guerre et le fanatisme, dans toute son absurdité.  La simplicité volontaire de l'écriture contraste avec la lourdeur du propos de façon frappante.  Malgré tout, la plume reste poétique et évocatrice et Larry Tremblay réussit à créer une atmosphère sablonneuse oppressante et étouffante.  On sent le poids de la haine mais aussi de l'histoire, des croyances qui rendent l'absurde normal, voire même grandiose.  Ce sont les mensonges, la fin qui justifie les moyens

 

Et après, que reste-t-il?

Quand la gloire a fait son temps, que les tromperies sont dévoilées, comment la vie fait-elle pour continuer?

 

Un texte court, un roman concis mais abouti, qui nous parle d'enfants devenus adultes trop tôt par la force des choses, de déshumanisation, d'horreur et d'absurdité guerrière, de survie mais aussi d'art à la fin du roman, avec des séquences théâtrales puissantes.  

 

Une réussite, donc.  Une lecture dont je me souviendrai.  

Partager cet article