Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mon coin lecture ... maintenant à moncoinlecture.com

Scènes d'enfants - Normand Chaurette

1 Septembre 2012 , Rédigé par Karine :) Publié dans #Littérature québécoise

Scenes-d-enfants.jpgPrésentation de l'éditeur

"Mark Wilbraham, dramaturge réputé, est veuf depuis quelque temps.  Avant de mourir, sa femme n'avait plus toute sa raison et ses crises de démence laissaient entrevoir un secret d'enfance terrible, dans lequel ses parents seraient impliqués.  Tourmenté de soupçons, Mark n'a qu'une idée en tête: récupérer sa fille, dont ses beaux-parents ont obtenu la garde à la suite d'un procès douloureux qui a mis en cause sa vie dissipée d'artiste.  Pour parvenir à ses fins, il va se battre sur son propre terrain, celui du théâtre.  À l'aide de deux comédiennes, aussi talentueuses que capricieuses, il imagine une pièce dont l'unique représentation mettra en lumière un drame soigneusement occulté."

 

Commentaire

C'est Morgouille qui m'a en premier parlé de ce roman.  Bon, avouons tout, c'est aussi la première fois que j'entendais parler de cet auteur, qui a principalement écrit au théâtre et que j'ai maintenant bien envie de découvrir davantage.  C'est d'ailleurs dans cet univers de création théâtrale qu'il nous entraîne ici, même le support est un roman.  

 

Mark est un auteur de théâtre qui a perdu sa femme et la garde de sa fille.  Dans les délires de sa femme, il a cru entrevoir les bribes d'un lourd secret et c'est à l'aide d'une pièce faite sur mesure qu'il compte les confondre.  Disons-le tout de go, j'ai beaucoup aimé ce roman, qui nous raconte oui l'histoire de Mark et de sa femme, sur fond musical de Schumann (les fameuses scènes d'enfants du titre... j'en ai joué quelques unes quand je savais jouer du piano) qui devient tout sauf léger et joyeux dans le contexte.  Nous sommes en quête du réel, d'un secret, à la fois pour confondre une belle-famille trop belle pour être vraie mais également pour comprendre qui était vraiment Vanessa, la femme de Mark.  Mais il y a aussi une réelle métatextualité dans ce roman car c'est l'histoire d'un auteur qui crée une pièce, de son écriture à la "première".  C'est l'histoire de la rencontre du texte et de son auteur avec deux interprètes bien différentes - et ma foi un peu capricieuses - avec tout ce que ça implique d'adaptations, de crises de diva et de modifications.   Et derrière tout ça, un questionnement sous-jacent sur les genres littéraires, sur la folie. 

 

J'ai beaucoup aimé les faux-semblants, l'histoire qui nous est dévoilée petit à petit.  Mais c'est surtout la structure narrative qui m'a interpelée, avec ses répétitions qui ajoutent à la crédibilité du processus et ses variations de rythme qui font qu'on oscille parfois à la frontière des deux genres (théâtral et romanesque).  C'est un roman très court qui m'est resté en tête pendant plusieurs jours, qui plaira probablement aux amateurs de théâtre et de tout ce qui est "méta".  Et j'ai beaucoup aimé.  Vraiment.  Et la bonne nouvelle, c'est que même si c'est québécois, c'est édité chez Babel.  Donc, disponible en France. 

 

À découvrir donc!

 

C'était donc mon premier billet pour le mois québécois, qui compte également pour le challenge "Un mot, des titres", de Calypso!

 

Mon Québec en septembre

Partager cet article