Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mon coin lecture ... maintenant à moncoinlecture.com

Doctor Who - Christmas Specials

26 Décembre 2011 , Rédigé par Karine :) Publié dans #Séries et autres trucs à l'écran...

Tardis-christmas.jpg

Les photos (sauf une) sont des photos promotionnelles... je voulais faire des screencaps mais j'ai écouté le tout sur la télé de mes parents (ils passaient tous les uns à la suite des autres - en pleine nuit) alors je n'ai pas tout revu pour chercher des images.  Inutile de dire que mes parents me prennent pour une complète cinglée après ça et qu'ils envisagent de me faire subir une Doctorectomie cérébrale...  J'espère que vous me pardonnerez...

 

(Et un billet qui ne sera lu que par quoi... 3 personnes.  Je pourrais presque les nommer!)

 

Parce que je suis une Christmas freak et que je ne peux m'empêcher de parler Noël un mois pré et un mois post, vous avez droit en ce 26 décembre à un billet au sujet des divers Christmas Specials de mon alien préféré.  C'était supposé être synchro avec les copinettes... mais bizarrement, elles ont zappé.  Je en qui que désespoir.  Bon, je ne parlerai pas de l'épisode de Noël où Ten s'est regénéré en Eleven parce que je suis chez mes parents actuellement et que je ne tenais pas particulièrement à me donner en spectacle en devenant un torrent de larmes pendant 2 heures.  Parce que c'est ce qui arriverait hein.  J'en ai juste vu des extraits et j'étais dans tous mes états.  Du coup, les Christmas Specials.  Sans "The end of time".

 

Parce qu'entendons-nous bien, il arrive toujours de drôles de choses à Londres, à Noël.  Scary things!


Et bon, parce que ce sont des vieux épisodes, je me permets de spoiler un peu hein... soyez-en avertis...  Et sur celui d'hier, je fais plus attention.  Mais bon, il y a un paragraphe qui dit des choses, tout de même... Je vous avertis quand ça arrive!

 

The Christmas Invasion - 2005

"Sycorax: Witchcraft!

Doctor: Time Lord."

christmas-invasion.jpg

Situé au début de la saison 2, juste après la regénération de Nine en Ten, c'est aussi le seul Christmas Special où il y a la compagne "régulière" du Docteur qui est présente tout le long.   Une chance qu'elle y est, au fond, vu que Ten, fraîchement  - mais soooo parfaitement - formé n'est pas encore tout à fait au point.  Parce qu'avec l'intrigue principale, remplie de Pères Noël tueurs et de sapins tourbillonnants - mais tout aussi dangereux, nous à gérer un Docteur en pyjama - qu'il porte ma foi très bien - qui ne sait pas encore très bin qui il est et qui le découvre avec nous (yes, don't worry, you're sexy, Ten).   Il y a - encore- des aliens qui en veulent à la terre sauf que cette fois, Rose doit se débrouiller seule pendant une grande partie de l'épisode, avec seulement Jackie - qui me fait mourir de rire malgré tout - et Mickey, qui fait son possible.  Elle ne sait plus trop à quel monde elle appartient et n'est pas vraiment à l'aise, sans le Docteur, dans ce monde.  Et qui, en même temps, réalise pleinement qu'il n'est pas humain.  Sa détresse est tangible et son "he left me Mom" fend le coeur, surtout quand on connaît la suite des événements.  Les remarques de Jackie "Two hearts? Is there anything else he's got two of?" ou "he hasn't changed that much" ajoutent un côté comique au truc qui ne l'est pas forcément, passés les killer décorations de Noël.

 

J'adore revoir les premiers pas de David Tennant en Docteur, j'adore le voir se battre à l'épée en pyjama et le moment où on réalise qu'il va venir à la rescousse est jubilatoire (Yes, we missed you).  Son "No second chances, I'm that sort of a man" est mémorable.  Sa dualité est très évidente à ce moment.   Mais cette version du Docteur va quand même énormément, énormément s'humaniser avec les années.  Et cette finale, tout en constrastes, où personne n'a raison et où personne n'a vraiment tort, dépendant du point de vue et des priorités, est déchirante. Et la réaction du Docteur...  Et la neige... so sad... 

 

Cet épisode me plaît surtout pour l'évolution des personnages.  L'intrigue en soi n'est pas la plus géniale du monde, même si, comme souvent, elle tourne les figures rassurantes en monstres.  Mais pour voir les premiers pas de David Tennant - ses expressions, son ranting - et la réaction de Rose, qui doute du "nouveau" Docteur et qui se demande ce que sera l'avenir, ça vaut le coup.

 

Et après avoir vu cet épisode, j'ai commencé à proposer "A nice cuppa tea" à tout le monde dès qu'il y avait un problème.  À leur grande joie , of course.  

 

I love David Tennant.

 

The runaway bride - 2006

"Look what I've got, Donna.  Pockets.  They're bigger on the inside"

runaway-bride.jpg

 

Remettons-nous en contexte.  La première fois que j'ai vu cet épisode, c'était tout de suite après avoir fini la saison 2 et je ne m'étais pas du tout, du tout remise du choc.  Limite que je pleurais encore, en fait.  Même si c'était le lendemain.  Bref, bon, disons que l'adaptation à la première apparition d'une Catherine Tate - légèrement hystérique - en Donna Noble n'a pas été super facile.  Mais réécouter cet épisode après a voir vu la saison 4 et après avoir appris a adorer le personnage de Donna, qui manque toujours toute l'action, selon elle, c'est quand même autre chose.  Même si ensuite, elle n'est jamais aussi complètement hors-contrôle que dans cet épisode.

 

L'épisode commence tout de même fort, avec une série de "What" très Tennantesques et une Donna - apparue out ouf nowhere en robe de mariée - pas intimidée pour deux sous et qui ne veut qu'une chose: se marier.  Ce n'est pas le Docteur - un martien, selon la Donna-logique - qui va l'impressionner.   C'est aussi le retour des Pères Noël tueurs (et des killers christmas trees), ce qui donne droit à une course poursuite en Tardis que j'ai pour ma part adorée.   Bien entendu, il y a un gros méchant alien derrière tout ça. 

 

Cet épisode, en plus d'être un épisode de Noël nous permet de faire la transition entre la saison 2 et la saison 3.  Le Docteur est en deuil de Rose et même si, comme d'habitude, il réussit à donner le donner le change (because the doctor is always okay, n'est-ce pas), à certains moments le visage du Docteur reflète une terrible tristesse et on sent énormément de sentiments très humains. On sent qu'il n'a pas laissé Rose de bon coeur et qu'il en souffre réellement. Mais malgré tout, il reste "clever" et même "funny" jusqu'au bout et va encore une fois sauver Londres.  À Noël. 


runaway-bride-2.jpg


Bien entendu, il y a plusieurs moments qui laissent présager de ce que sera la relation entre le Docteur et Donna, de l'amitié, de la vraie, sur un pied d'égalité, d'une certaine façon.  Donna le lit mieux qu'elle ne lit la plupart des gens et leurs dialogues ma foi très heu... honnêtes et sincères, sont déjà présents dans cet épisode.   Et ce même si elle est sincèrement dépasée par tout ça et que le docteur "scares her to death". (Et le petit thème musical de Donna, j'adore!)   Il a sincèrement de la peine pour Donna quand il réalise ce qui arrive et malgré tout, il s'émerveille de tout et tente de la consoler à sa manière (moi, il me consolerait n'importe quand hein... je soupire, je soupire).  Nous avons encore droit à un Ten qui tente de sauver tout le monde par son visage quand il doit terminer tout ça, on entend presque son habituel "I'm sorry.  so, so, sorry", alors qu'il va contre ce qu'il ferait s'il avait le choix "for the greater good".  Encore une fois, la finale est triste, presque déchirante et on ressent la terrible solitude du Docteur, qui restera toujours seul au final.  A stranger.

 

Bref, un épisode que j'ai nettement préféré après avoir vu - et revu - la saison 4 qu'à la première écoute!


And I still love David Tennant.

And I still miss him.

 

The voyage of the damned - 2007

"You're not falling... you're flying..."

 

voyage-of-the-damned.jpg

 

Non mais franchement, qui a bien pu avoir l'idée de nommer un vaisseau spatial en l'honneur du Titanic, hein?   Malgré tout ce vaisseau est magnifique et les décors également.  La saison 3 avait fini alors qu'une proue de bateau défonçait le Tardis et ce special commence encore une fois avec une série de "What" de Tennant, tous plus expressifs les uns que les autres.  J'adore quand David fait "What"!  Et j'adore aussi David en complet.  Idéalement avec un noeud ou une cravate qui ne soit pas en léopard. Donc,  Allons-y Alonso!

 

Disons-le d'emblée, j'aime beaucoup cet épisode.  J'adore Kylie Minogue et j'adore Ten, ses regards, son émerveillement, sa voix, ses sarcasmes, ses répliques pince-sans-rire, son intelligence et ses sourires qui sortent de nulle part.   J'aime les gens qu'il rencontre, j'aime comment il sait dépasser les apparences qui sont parfois trompeuses.  J'adore la vision de Londres désertée et j'adore pleurer comme une madeleine à la fin parce que bon, Astrid avait le potentiel d'émeveillement, la grandeur d'âme pour accompagner le Docteur et même pour compter pour lui. 

 

Malgré le côté tragique de l'épisode, qui est fait comme un disaster movie, il y a des moments réellement comiques.  La description de Noël par les "historiens" est hi-la-ran-te.  Vraiment.    Mais c'est surtout un épisode où on voit de l'héroïsme et où on sait dès le départ qu'on n'en sortira pas indemne.  Il y a énormément de personnages touchants.  Le rythme est rapide, nous sommes clairement en plein désastre, avec des sauvetages de dernière minute, du feu et des morceaux qui tombent du plafond.  Mais également des moments très émouvants, des moments de poignante honnêteté.   La marche du Docteur à travers le bateau en flammes à la fin, alors qu'il vient de perdre beaucoup, entre autres, vient me chercher à chaque fois.  Tant de tristesse et tant de détermination à la fois... Et cette joie intense malgré tout à la fin.  Pour passer ensuite à une terrible impuissance quand il réalise qu'il ne peut plus rien faire...

 

Bref, un épisode que j'ai tout de suite aimé et que j'aime encore! 

Et quand même... la reine en bigoudis...

 

The next Doctor - 2008

"They leave, because they should.  They found someone else, some of them, they forget me...  I suppose in the end, they break my heart..."

 

the-next-doctor.jpg

Dernier épisode de Noël avec David Tennant, le premier de ces specials qui m'ont brisé le coeur (Pimpi s'en souviendra).  Nous retrouvons un Docteur qui vient de perdre tous ceux qu'il aime (après la saison 4 donc), qui se protège, parce que bon, même pour lui, c'est difficile et il est impossible de ne pas faire le parallèle entre la situation du "next Doctor" et celui du réel Docteur.   Il faut aussi mentionner la performance de David Morrissey (que j'adore) dans le rôle du next Doctor.   Un très bon épisode selon moi. 

 

Le Docteur atterrit alors dans le Londres de 1851.  Un Londres protégé par un certain Docteur, qui semble avoir perdu la mémoire.  L'atmosphère est très dickensienne, avec les lampes au gaz, les personnages qui s'agitent en surface mais également l'autre Londres, plus sombre, celui des workhouses où l'on fait travailler des enfants, celui où les femmes n'ont pas de droits et où elles dépendent des hommes.  Le personnage de Miss Hartigan, malgré son côté diabolique, est pour cette raison très très intéressant.  C'est Dickens avec un petit accent steampunk, en fait.   C'est aussi mon épisode préféré avec les Cybermen. 

 

On réalise encore une fois dans cet épisode la grand solitude du Docteur, qui malgré tout réussit à garder un enthousiasme face au monde qui l'entoure et une réelle préoccupation des gens, quels qu'ils soient, même si lui, il souffre.  Et David Tennant, avec son million d'expressions différentes qui peuvent changer 5 fois par seconde, réussit très très bien à faire passer la tristesse qui pointe derrière l'enthousiasme, qui est lui aussi bien réel.  J'adore les réflexions à haute voix de Ten, sa façon de comprendre profondément les humains, de ressentir pour eux.   J'ai aimé être perplexe avec lui face à la situation du nouveau Docteur, son étonnement face au sonic screwdriver et au Tardis.  La réalisation.  Son expression quand il mentionne au Next Doctor "You've got a reason to live".  So, so sad.  Et la finale est déchirante, aussi parce que nous, on sait.  

 

Et j'ai quand même tapé des mains quand j'ai aperçu tous les anciens Docteurs hein...  Bref, j'ai beaucoup aimé!

 

A Christmas Carol - 2010

"Because you didn't hit the boy..."

 

A-christmas-carol-Dr-Who.jpg

 

Celui-ci, c'est définitivement mon épisode de Noël préféré.  "A Christmas carol" revisité, un monde très Dickensien (with petits poissons volants).  Ce monde est magique est merveilleux, l'épisode est très Christmassy, avec en arrière plan un vaisseau spatial sur le point de s'écraser - oui, encore - mais surtout le sauvetage d'un homme à Noël (Kazran Sardik, superbement joué par Michael Gambon - qui verra son passé et son avenir changer.  C'est le premier Christmas Special de Eleven, qui, je le réalise maintenant, est fidèle à lui-même dans cet épisode.  Pour faire le bien, pour réussir, il est prêt à manipuler les gens, à réécrire leur passé et, d'une certaine manière, à manipuler son monde.   Il déborde d'enthousiasme mais son côté sombre est aussi très visible, même si, à la première écoute, il m'avait moins sauté aux yeux. 

 

Que dire de cet épisode.  Des moments drôles avec Amy (en sexy policière) et Rory (en last centurion) qui sortent de la suite nuptiale, des moments jubilatoire, quand le Doctor réalise ce qu'il va faire, son expression quand il proclame "I'm the ghost of Christmas past".  On ressent vraiment la magie de Noël à chaque Noël, féérique à chaque fois, une parenthèse spéciale drôle et émouvante.  Encore davantage quand on connaît la fin de l'histoire.  Un épisode qui donne le goût de profiter du moment présent, de ne pas choisir de jour, mais plutôt de vivre tous les jours comme ça.   Un duo avec "Frank", le Docteur poursuivi par Marilyn, son air un peu désespéré... mais pas tant que ça... c'est Marilyn, tout de même...  Le réveillon avec la famille d'Abigail est génial (le docteur qui fait des tours de magie, c'est hilarant),  certaines répliques (très "Eleven"... genre "big big... color") m'ont fait mourir de rire et d'autres m'ont beaucoup touchée.  L'expression, très fugitive, de Matt Smith, quand il dit à Kazran "Better a broken heart than no heart at all" et que celui-ci lui répond "Try it", nous laisse entrevoir que non, il n'a rien oublié, qu'il se protège d'une certaine façon et qu'il y a beaucoup de souffrance derrière son côté clown et manipulateur.   (Oui j'extrapole, je sais.  J'extrapole toujours quand je parle du Docteur). 

 

Et, pour une fois, de la vraie, vraie, vraie neige pour Noël.  Un très bel épisode, magnifique et ma foi très touchant!

 

 

The Doctor, the widow and the wardrobe - 2011

"He followed you home".

Widow-doctor.jpg

 

J'aime la BBC America.  En effet, ils ont maintenant pris l'habitude de nous présenter les épisodes du Docteur en soirée, le même jour.  Du coup, je leur envoie tout plein d'esprit de Noël!  J'ai donc pu écouter le Christmas Special le 25 décembre, au grand bonheur - sentez-vous l'ironie, ici - de mes parents qui ont dû m'endurer ensuite pendant plusieurs minutes à disserter sur les personnalités des différents Docteurs ainsi que sur les divers épisodes de Noël. 

 

Cet épisode n'est pas celui qui m'a le plus passionnée.  En fait, j'ai aimé les références à Narnia, j'ai aimé l'idée, j'ai aimé l'atmosphère de l'épisode mais tout de même, je n'attendais à plus que ça et au  milieu, j'ai même eu des moments d'ennui.    En fait, ce sont les deux dernières minutes qui m'ont le plus plu dans tout l'épisode... mais j'y reviens.

 

L'histoire donc... Le Doctor - ou le Caretaker, c'est au choix - a préparé un beau Noël pour Madge, dont le mari vient de mourir à la guerre.  Les enfants ne sont pas au courant.  Nous avons donc ici un Matt Smith totalement clown au départ.  Bavard, gesticulant, courant partout.  Ses "I know" ravis.  Bref, le Eleven que nous avons surtout vu dans la saison 5, limite surfait, pour compenser quelque chose.  Genre le fait qu'en fait, il est seul.   Mais rapidement, comme ça, il est comme un enfant dans un magasin de jouets et j'avoue que je veux une maison toute pareille à ça,avec les fauteuils qui bougent et tout.   Sauf que bien entendu, ça ne tournera pas comme prévu et qu'ils vont se retrouver en danger et qu'il va y avoir des aliens dans l'histoire (je sais, ça fait beaucoup de "et").   Bref, certains beaux moments, surtout à la fin ("he followed you home"... "It's Christmas day, my love, where would you be"), plein de bons sentiments (normal, c'est Noël après tout), un univers bien réussi mais quand même... pas le meilleur épisode de Noël pour moi.  À cause du milieu. 

 

Mais question... c'est moi où on voit un céleri, un moment donné, dans la séquence d'ouverture?  :)))

 

SPOILERS

Par contre, les deux dernières minutes, quand le Docteur retourne dans le présent, j'ai trouvé ça génial et ça m'a vraiment fait sautiller en battant des mains.  Matt Smith est vraiment à la hauteur, vraiment et c'est la vraie première fois où je sens un sentiment vraiment "humain" chez Eleven (oui, trois "vrai" dans la même phrase, I know).  Et ça contredit un peu ce qu'il a dit plus tôt ("I can't anymore").  Et ça passe vraiment (oups, un autre).   Of course, on sentait avant qu'il avait le bien des gens à coeur et qu'il tenait à Amy mais c'était un genre d'amour généreux, pas égoïste pour deux sous.  Mais là, c'est différent, l'émotion est palpable et j'ai presque eu le goût de faire un peu de happy crying moi aussi. Comme si soudain,  il relâchait son contrôle et se permettait de penser à lui et au fait qu'il a besoin des gens. De ces gens.   La scène est super, Amy assure également et les voir faire l'enfant est so, so cute.   Bref, pour la fin, ça vaut le coup!

 

Voilà donc, la fin des Christmas Specials pour moi.  J'ai été horriblement longue, j'en suis consciente.  Et je réalise que j'aime toujours davantage les épisodes après des réécoutes. Call me crazy!

 

Ne reste plus que 9 mois à attendre pour la série 7 maintenant... d'ici là, vous aurez droit - lucky you - à d'autre billets sur mes épisodes préférés. Il n'y a que moi et 4-5 copines qui les lisons de toute manière... pourquoi s'en priver, hein!

 

Mois-anglais-D1.jpg

Partager cet article