Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mon coin lecture ... maintenant à moncoinlecture.com

A game of thrones (Le trône de fer - Intégrale 1) - George R. R. Martin

18 Août 2013 , Rédigé par Karine :) Publié dans #Littérature américaine

A-game-of-thrones-1.jpgCe roman n‘a plus besoin de présentation. Tout le monde l’a lu, tout le monde a vu la série. Et tout le monde raconte tout, en se disant que de toute façon, ce n’est plus spoiler. Du coup, j’ai décidé de reprendre cette lecture que j’avais déjà faite à sa sortie… il y a 17 ans. Yep, ça ne me rajeunit pas. J’avais lu ça entre deux examens de fin de session à l’université. Du coup, mes souvenirs étaient plutôt vagues et entremêlés de trucs genre aphasie progressive ou paralysie progressive supranucléaire (yep… mon examen de maladies neurodégénératives). Le tout mélangé avec un nain, des épées, des têtes sur des pics, des loups géants et une nouvelle version de la méchante reine de Blanche Neige. Inutile de dire qu’avant de lire la suite, j’ai relu le premier. Parce que bon, quand même, dans A Game of Thrones, personne ne meurt de chorée de Huntington ou encore de SLA.

 

Il s’agit donc d’un roman fantasy. Un monde imaginaire, surtout féodal (du moins dans les 7 royaumes), dirigé par sept grandes familles dont certaines sont prêtes à tout pour avoir le pouvoir ultime. Inutile de préciser que le roman recèle son lot de trahisons, de mensonges, de guerres et petites vengeances personnelles. Dit comme ça, ça semble banal. Mais le roman est tout sauf ça. À ce point que bien qu’il fasse 800 + pages, je l’ai lu en quoi… 4 jours. En voyage. Ça dit tout.

 

Ce qu’il y a de génial dans ce roman, c’est qu’il y a un vrai univers, ce monde a une vraie histoire qui nous est tout de suite présentée. Les éléments surnaturels sont légers dans ce premier tome mais on les sent qui rôdent, qui planent. Bon, en effet, ceci a pour effet que si on n’est pas très attentif, on peut se mélanger un peu… si peu. Mais bon, en 4 jours, ça va. On a pas le temps de se mélanger dans les générations passées, les vieilles histoires et les multiples personnages qui portent parfois le même nom que leurs ancêtres. C’est qu’il n’y a pas de vrai héros dans A Game of Thrones. C’est davantage l’histoire de cet univers que l’histoire d’une seule personne.

 

Et selon moi, ce qui fait la force de tout ça, ce sont les personnages, qui sonnent vrai. Aucun n’est parfait, chacun a ses faiblesses qui sont joyeusement exploitées par les autres. Mais je ne vais pas vous parler d’eux car leur découverte est ce qui a fait pour moi le sel du roman. Et tout peut arriver. C’est génial de ne jamais trop savoir les réelles motivations, de les voir agir, de voir leurs perceptions et leurs intentions de modifier au cours de l’histoire. Et même si les chapitres nous font entrer dans la tête de plusieurs d’entre eux (Eddard, Catelyn, Jon, Sansa, Arya, Bran), ça ne veut pas dire que nous savons davantage ce qu’ils vont faire. Parce que comme beaucoup d’humains, ce qu’ils veulent faire et ce qu’ils font en réalité, c’est parfois bien différent. Et si cette construction est parfois très très frustrante, elle reste quand même géniale et nous balade un peu partout. Et impossible de ne pas nous dire que tous ces personnages que nous avons appris à aimer séparément vont devoir se battre. Et perdre. Ou gagner. Car comme dit Cercei : « When you play the game a thrones, you win, or you die ». (Et ici, Yueyin me fait remarquer que j’ai écrit 4 fois le mot “personnage” dans un mini-paragraphe... no comment…. On m’a suggéré « protagoniste », « acteur » et même « créature d’encre et de papier » pour remplacer… mais j’ai jugé plus simple de me mettre en mode auto-dérision plutôt que de corriger… call me paresseuse. Et puis non… finalement, j’ai relu la phrase, j’ai eu carrément peur, j’en ai enlevé… c’est la joie de l’écriture en direct, dans une voiture, en placotant!)

 

Je ne prendrai quand même la peine de parler de certaines scènes géniales comme celle entre Ned et Cercei dans le bois ou encore la scène finale, magnifique. Il y a également des scènes déchirantes (plusieurs scènes avec les Dothrakis m’ont brisé le cœur) même si comparativement à la suite (yep, certains m’ont spoilée avec enthousiasme), ce tome est assez soft.

 

Une lecture captivante, un vrai monde dans lequel je retournerai avec plaisir. Bientôt. Très bientôt.

 

Et c’était mon pavé de l’été!

Merci Brize de m’avoir donné la motivation. C’était génial!

 

pavé de l'été 2013

Partager cet article