Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Mon coin lecture ... maintenant à moncoinlecture.com

Articles avec #litterature quebecoise tag

La danse de l'esquive - Émilie C. Lévesque

21 Mars 2008 , Rédigé par Karine :) Publié dans #Littérature québécoise

danse-de-l-esquive.jpgRésumé
"Le clavardage était pour moi le moyen idéal pour communiquer, bien à l'abri derrière mon écran, jouant à être celle que je voulais être.   L'ordinaire Sarah devenait alors la flamboyante Bianca, l'artiste, la séductrice.  Un soir, j'ai même osé être Bianca, glissant ce prénom d'emprunt à l'oreille d'un beau gars dans un bar.  C'est là que tout a commencé. 

Au début, ce n'était qu'un jeu.  Bianca était un rôle, un accessoire de ma penderie, comme la robe rouge passion que j'enfilais à l'occasion.  Le jeu est devenu plus sérieux et Bianca, mon pendant sexuel.  Il y a aussi eu Florence, celle qui me gardait les pieds sur terre, qui m,aura aidée à reprendre le contrôle de ma partie raisonnable. 

Mais à trop vouloir esquiver ceux qui m'aimaient, à laisser tout la place à celles que je n'étais pas, le danger était là, bien tapi et prêt à me dévorer vivante..."

Commentaire
Quand j'ai ouvert ce roman, je croyais que j'entrais dans une histoire ayant le net comme toile de fond.   Ayant vu de drôles de choses et de méchants numéros sur cette charmante toile, je croyais donc que j'aurais affaire à une fille qui jouait sur le net à être quelqu'un d'autre (je lis toujours bien distraitement les quatrièmes de couverture!) et qui se retrouvait empêtrée dans ses histoires.    Finalement, ce n'est pas du tout ça; on ne parle que brièvement des salles de "chat"  et on se transpose très rapidement dans la vie réelle de Sarah, 19 ans, qui ne sait pas trop qui elle est mais qui croit, en fait qu'elle n'est pas.  Pas intéressante, pas flamboyante, pas importante.  Elle mène une vie sans éclat jusqu'à ce qu'elle décide de devenir, le temps d'une soirée, Bianca.  Dans la peau de ce personnage, elle ose, elle séduit.  C'était au départ un jeu... et soudain ce ne l'est plus... Sarah a perdu le contrôle de ses alter-ego.  

J'ai beaucoup aimé cette lecture même si Sarah est quand même un personnage assez éloigné de moi (avouons que j'ai quelques années de plus qu'elle et que j'ai eu plus de temps pour faire plus ample connaissance avec moi-même!!!) qui ne sait pas trop où elle va et qui choisit d'être quelqu'un d'autre pour se sentir vivante. J'ai été touchée par la détresse de Sarah, par ses tentatives maladroites pour être.  J'ai aussi pu ressentir l'impuissance de Martin qui veut tellement l'aider mais qui ne sait absolument pas comment s'y prendre.   On se demande comment elle a pu en arriver là... mais ne se pose-t-on pas cette question pour toutes les dépendances?  Où se situait le point de non retour?

L'écriture est simple, les phrases courtes, ce qui correspond bien à la forme du roman, raconté au "je" par Sarah.  On ressent à travers les mots tour à tour l'ennui, la panique, le contentement, la perte de contrôle, la rationnalisation, la chute.  J'ai beaucoup aimé.  

Et suite à la lecture, je ne sais trop si Sarah finit par accepter de qu'elle est où si elle accepte plutôt de n'être pas...  J'ai passé un très bon moment avec ce roman!

8/10

Voir les commentaires