Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mon coin lecture ... maintenant à moncoinlecture.com

Un cri d'amour au centre du monde - Kyoichi Katamaya

15 Décembre 2010 , Rédigé par Karine :)

cri-d-amour.jpegPrésentation de l'éditeur

"Qu'advient-il de l'amour quand l'être aimé disparaît?  Sakutayo et Aki se rencontrent au collège dans une ville de province du Japon.  Leur relation évolue de l'amitié à l'amour lorsqu'ils se retrouvent ensemble au lycée.  En classe de première, Aki tombe malade et sera emportée en quelques semaines.  Sakurato se souvient de leur premier baiser, de leurs rendez-vous amoureux, du pélerinage en Australie entrepris en sa mémoire.

 

Quel sens donner à sa souffrance?  Comment pourrait-il aimer à nouveau?  Puissant et pudique à la fois, le roman de Kyoichi Katayama est devenu au Japon un véritable phénomène de société, le plus grand best-seller de tous les temps, adapté au cinéma et sous forme de manga."

 

Commentaire

Me voilà complètement décontenancée en commançant l'écriture de ce billet.  C'est connu, je suis dans les top 5 finalistes pour Miss Braillarde Quand Elle Lit des années 2000.  Je pleure tout le temps pour un rien et je me transforme en fontaine à bien peu de choses.  Mais là, rien de rien.  Mes yeux sont restés secs, pas de noeud dans la gorge, rien du tout.  Et bon, je VOULAIS pleurer dans cette lecture.  J'ai même tenté de transposer l'histoire dans ma vie et m'imaginer des horreurs pour être au moins un peu larmoyante.  Rien à faire.  Pourtant...

 

Quand Abeille (que je remercie d'ailleurs) m'a prêté ce roman, j'étais bien avertie de le lire avec la boîte de kleenex.  Du coup, je m'attendais à être triste.  Peut-être que si j'avais abordé la lecture autrement, j'aurais été touchée davantage.  Dur de savoir.   Il s'agit donc de l'histoire de deux adolescents japonais, qui se connaissent et s'aiment depuis quelques années quand Aki, la jeune fille, tombe malade et meurt.  Je ne spoile rien, dès les premières pages, nous savons qu'elle est décédée et Sakutayo se souvient d'elle et des moments passés, dans un ordre plus ou moins chronologique.  Il se souvient aussi de ce qui aurait pu être.  Le sujet du deuil est traité avec beaucoup de retenue et beaucoup de pudeur.  Rien de larmoyant ici.  On nous raconte leur rencontre, le deuil aussi.  La maladie et l'après. L'histoire est très touchante et elle est racontée de façon sobre et poétique.  Les mots sont très beaux, gracieux, tout en étant résolument ancrés dans leur époque.  Nous savons dès le départ que ce sera tragique et triste.  Mais c'est quand même beau.

 

J'ai beaucoup aimé le personnage de Sakutayo, qui reste un ado, avec des questionnements et des envies d'ado.  Les questions qu'il se pose, c'est parce qu'il n'a pas le choix.  Il est confronté à la situation (d'abord par son grand-père, puis avec Aki), donc la notion de paradis, de vie après la mort... elles viennent d'emblée.  J'ai eu un peu peur un certain moment de me faire assomer de "doctrines" et de "bonnes philosophies", mais on n'y sombre jamais complètement, on reste tout de même dans le questionnement.  La relation entre les deux jeunes gens est douce, forte et limpide à la fois.  J'ai un gros faible pour le personnage du grand-père, qui a aussi vécu une histoire d'amour très triste et j'ai aimé la relation avec son petit-fils.    Une phrase sur les rêves non concrétisés qui font vivre m'a beaucoup plu et m'a beaucoup parlé. 

 

Bon, j'imagine que vous me lisez et que vous trouvez que je ne suis pas très cohérente.  C'est que me voici face à un roman émouvant que j'ai trouvé beau, mais qui n'a pas eu chez moi l'effet escompté.  Je crois en fait que l'auteur n'a pas réussi à me rendre Aki suffisamment vivante dans "l'avant".  Je me suis attachée au jeune garçon, mais moins à elle, qui ne m'a jamais semblé bien réelle.   Un beau roman, donc, auquel je vois des qualités mais qui ne m'a pas atteinte plus que ça comme lectrice. 

 

Merci Abeille pour le prêt ;)  Je suis un peu déçue de ne pas partager ton coup de coeur (de même que celui de Stephie et de Kikine) mais bon, je dois avoir l'esprit de contraditcion.  Je lirais bien le manga, pour voir ce qu'on en a fait, par contre!

Partager cet article