Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mon coin lecture ... maintenant à moncoinlecture.com

Secret of a summer night (Secrets d'une nuit d'été) - Wallflowers #1 - Lisa Kleypas

23 Mars 2012 , Rédigé par Karine :) Publié dans #Romans d'amour et de guimauve... sans vampires!

Secrets-of-a-summer-night.jpgPrésentation de l'éditeur (celle de "J'ai lu"... la traduction et moi, on est pas copains...)

"Comme ses amies Evangeline, Lillian et Daisy, Annabelle Peyton est à la recherche d'un mari.  Or la tâche s'annonce ardue pour les quatre demoiselles : la timide Evangeline est affligée d'un bégaiement. Les soeurs Bowman sont américaines et peinent à s'intégrer dans la haute société londonienne. Quant à Annabelle, l'inexistence de sa dot constitue un lourd handicap. Pourtant, il lui faut dénicher un riche époux, membre de l'aristocratie, bien sûr. Autant dire que ce malotru de Simon Hunt n'a aucune chance.


Dire qu'il a eu le culot de lui prédire qu'elle serait bientôt sa maîtresse ! Mais qu'attendre d'un fils de boucher ? Non, même s'il s'est enrichi à millions dans l'industrie, il n'est pas un parti envisageable. Et tant pis si elle ne peut oublier le baiser qu'il lui a volé jadis..."

 

Commentaire

Quand on me parlait de romances historiques, deux noms sortaient toujours: Julia Quinn et Lisa Kleypas.  Après avoir lu 4 romans de la première, il fallait bien que je découvre la seconde, n'est-ce pas.  Et bon, comme ça, en passant, je vous conseille sérieusement de vous faire guider dans le monde merveilleux de la romance parce que sinon, c'est quand même super risqué hein.  Disons que c'est comme dans d'autres types de littérature... il y en a de toutes les sortes. 

 

Parce que oui, il y en a de la bonne, de la romance, si on aime le genre.  Les codes sont bien définis, bien entendu mais l'art de tout ça, c'est d'en faire quelque chose d'original et de pas trop stéréotypé.    En ce qui concerne ce roman, je le classerais dans les romances "bonnes à moyennes".  Ça m'a  plu et même si, bien entendu, on suit les codes, ils sont traités plutôt agréablement et on ne soupire pas d'impatience à toutes les deux minutes.   Un peu, mais pas à toutes les deux minutes.  Pour que ce soit totalement "mon" genre, il m'a manqué un peu d'humour mais c'est une lecture que j'ai globalement appréciée.

 

Traduit en français sous le titre "la ronde des saisons", cette série est celle des "Wallflowers" en anglais.  Les Wallflowers, ce sont quatre jeunes filles qui, à chaque bal, sont assises ensemblee le long du mur avec des carnets de bal désespérément vides.  Silencieuses depuis le début, elles décident un jour de se parler.  Parmi ces jeunes filles, il y a Annabelle, une jeune fille qui en est à sa dernière saison, très jolie mais sans dot.  Il y a aussi Lillian et Daisy Bowman, filles de riches américains "parvenus" aux manières qui "clashent" un peu avec la bonne société anglaise.  La dernière est Evie, très timide, qui est prise avec une famille carrément castrante.  Quand elles décident d'unir leurs efforts pour trouver des maris, notre histoire commence.

 

Cette romance, contrairement à pluuusieurs autres, ne se déroule pas en 1810-1815.  Et, pour une fois, ça a son importance.  En effet, nous sommes en 1844 et c'est la montée de l'industrialisation et le "peerage" n'est tout de même plus ce qu'il était.  Si le contexte social n'est pas le centre du roman comme, par exemple, dans "Le nord et le sud" de Gaskell, il n'est quand même pas complètement ignoré et ça se ressent dans les relations entre les personnages.  Simon, le héros, est fils de boucher mais il est un industriel qui a travaillé et qui fait des investissements.  Il est toléré chez les gens qui lui sont obligés mais pas tant que ça non plus.  Quant à Annabelle, elle est pauvre, elle a peur pour sa famille, mais a été élevée dans cette société.  Dans sa tête, il lui faut un membre de l'aristocratie.  N'importe lequel.  Idéalement avec des dents mais le reste, elle peut faire avec.   Ah oui, et riche aussi.  Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'à défaut d'être super sympathique, elle s'assume. Inutile de dire que quand elle commence à se sentir une affinité avec le rustre Simon, elle n'est pas nécessairement d'accord avec elle-même...

 

J'ai bien aimé l'interaction entre les deux héros.  Annabelle ne "tombe" pas comme ça, sans avoir lutté avec ses convictions et lui, avec son "manque" de manières, me plaît beaucoup.  Il n'a pas honte de ce qu'il est, il ne veut pas devenir une copie d'aristocrate, il est fier de ce qu'il a accompli.   De plus, il y a quand même un peu d'interaction entre les Wallflowers (j'en aurais aimé un peu plus, en fait), ce qui change de certaines romance où le monde autour des héros semble s'effacer complètement.  Même s'il y a des scènes assez drôles "Rounders-in-knickers", en particulier, les répliques ne sont pas nécessairement humoristiques et c'est ce qui m'a manqué dans ce roman.  J'aime quand les "one-liners" volent d'un côté et de l'autre.   

 

J'avoue avoir eu un peu peur quand j'ai réalisé qu'il restait un bon 80 pages après la nuit de noces.  Je me suis dit "ah non, il va y avoir une teeerrible incompréhension et ils vont se réconcilier à la dernière page... again"... mais non, agréable surprise.  Rien de complètement fou, des ajustements, bien entendu, mais bon, s'il y a quand même un gros événement, - bon, un peu beaucoup tiré par les cheveux, soit - ce n'est pas une chicane de folie parce que les héros ne se parlent pas.  Ça change, en fait!

 

On - "on" étant Bladelor - m'a dit que le tome 2 concernait Lillian et qu'il était nettement plus drôle.  Du coup, j'ai bien envie de le lire.  Le tome avec Evie me tente aussi... je l'aime bien, Evie! 

 

Et je réalise que j'ai - encore - écrit un roman... Je m'arrêterai donc ici!

Partager cet article