Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mon coin lecture ... maintenant à moncoinlecture.com

Salammbô - Gustave Flaubert

5 Août 2012 , Rédigé par Karine :) Publié dans #Littérature Europe (français)

Salammbo.gifPrésentation de l'éditeur

"Il arriva juste au pied de la terrase.  Salammbô était penchée sur la balustradee; ces effroyables prunelles la contemplaient, et la conscience lui surgit de tout ce qu'il avait souffert pour elle.  Bien qu'il agonisât, elle le renvoyait dans sa tente, à genoux, lui entourant la taille de ses bras, balbutiant des paroles douces; elle avait soif de les sentir encore, de les entendre; elle ne voulait pas qu'il mourût!  À ce moment-là, Mâtho eut un grand tressaillement; elle allait crier.  Il s'abattit à la renverse et ne bougea plus."

 

Commentaire

"C'était à Mégara, faubourg de Carthage,dans les jardins d'Hamilcar."

 

De Salammbô, c'est à peu près tout ce que je connaissais.   Et à toutes les fois que je voyais le mot "Mégara", je commençais à chanter la chanson thème de "Capitaine Flam".  Vous savez, la fin?  Pour sauver de ton braaaas, les gens de Mégaraaaaa....  Je sais, on a les références qu'on peut. 

 

Mais revenons à nos moutons.  Ou, dans ce cas, à nos Barbares.  Parce que Salammbô, ce n'est pas Madame Bovary hein.  Rassurez-vous, je ne suis pas retombée dans mon désamour adolescent de Flaubert.  Mais c'est parce que je suis une grande amatrice de récits de batailles épiques et anciennes, avec moultes descriptions de manoeuvres et d'atmosphères.  Parce que Salammbô, c'est ça.  C'est une Carthage exotique qui sort de ces pages. C'est un monde de légendes, de batailles, de guerriers et de trahisons où nous sommes assaillis d'odeurs, de couleurs et de rythmes inconnus. 

 

Pourtant, Flaubert s'est inspiré d'une époque réelle, celle de la révolte des mercenaires employés pendant la première guerre punique (si comme moi tout ce qui s'est passé avant le 20e siècle est classé dans la catégorie "ben ben vieux", je vais vous aider un peu et péciser que c'est au 3e avant JC).  C'est un monde parfois barbare, mystique, où les enfants peuvent être sacrifiés et où une vierge est offerte en récompense.  Malgré ses dehors flamboyants, le rythme est lent et l'atmosphère mystérieuse et remplie de symboles. Beaucoup de descriptions et une langue magnifique.  Vraiment. 

 

J'ai eu l'impression tout au long de ma lecture, d'assister à un spectacle à grand déploiement avec, à l'occasion, un gros plan sur certaine personnages, que nous observons toujours de l'extérieur.  Leurs pensées, l'évolution de leurs sentiments, leurs passions et leurs désirs ressortent dans ce tableau de fer et de sang.   Quand je vous dis qu'il y a un côté très mystique dans ce roman. 

 

Une lecture que j'ai beaucoup aimée mais que je ne conseillerais pas à tout le monde.  Faut aimer le genre.  Ou aimer Flaubert.  Voire même les deux.

 

 

 

 

Partager cet article