Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mon coin lecture ... maintenant à moncoinlecture.com

Réflexion Rapide (et Ridicule) sur un Reader...

15 Mai 2014 , Rédigé par Karine :) Publié dans #Chroniques d'une LCA

Images-16-2303.JPG

Yep, je m'amuse à faire des allitérations en ce beau mercredi soir!  Ma résolution post-nostalgie est donc de refaire ici davantage de billets courts (et d'un intérêt disons... douteux).  Le genre de réflexions stupides que je mettais sur FB.  Question de repersonnaliser mon espace.  Ouais, je sais, je fais dans la psycho-pop-à-la-noix avec mes grands mots (d'ailleurs absents du dictionnaire).  

 

J'ai dit il y a quelques mois que j'avais maintenant une liseuse.  Après avoir repoussé l'achat.  Après m'être dit que jaaaaamais je ne pourrais lire là-dessus, que le poids du livre me manquerait, que la sensation de tourner les pages étaient inimitables.  Que j'aimais sentir les livres, les palper (huuummm... sexy books!), les classer dans la biblio, les contempler...  Bref, j'ai cédé à l'appel de la liseuse.  Parce qu'elle était rouge.  Yep... chacun ses raisons.  

 

Toujours est-il que j'adore le truc.  Étonnament.  Against my better judgement, comme dirait M. Darcy.   Et, après plusieurs mois, j'ai finalement compris pourquoi.  

 

Non, ce n'est pas vraiment à cause des multiples tendinites de pouce évitées en lisant GoT

Ce n'est pas pour pouvoir alterner deux romans sans problème quand je trouve que celui que je suis en train de lire me conduit lentement mais sûrement vers le sommeil.  

Ce n'est pas pour les classiques entrés dans le domaine public.  

 

C'est beaucoup plus basic que ça.  Voyez-vous, j'aime lire dans mon lit avant de me coucher (inférence à faire : il fait noir).  Et le truc a une jolie petite lampe intégrée.  Ce qui signifie que je n'ai plus besoin d'allumer la grosse lumière pour lire le soir...

 

...  ce qui signifie que vraiment, vraiment, je n'ai plus AUCUN besoin de changer les ampoules dans ma chambre et que je peux fort bien vivre dans le noir à viiiiie!

 

Paresse, quand tu nous tiens!

 

 

Partager cet article