Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mon coin lecture ... maintenant à moncoinlecture.com

Oncle Vania - Anton Tchékhov

4 Janvier 2011 , Rédigé par Karine :) Publié dans #Théâtre

Oncle-Vania.jpgPrésentation de l'éditeur

"Le vieux professeur Sérébriakov est venu se retirer à la campagne, dans la maison de sa première épouse.


Cette arrivée perturbe la vie paisible de Sonia, la fille du professeur, et d'oncle Vania, qui à eux deux exploitent tant bien que mal le domaine. D'autant que l'attention des proches, y compris celle de Vania, se cristallise bientôt sur Eléna, la seconde et très désirable épouse. Dans ce drame, la capacité de Tchekhov à reproduire des atmosphères, sa langue même signalent l'essentiel : que la beauté vient de la simplicité et que les personnages puisent dans le quotidien, même trivial et résigné, le sens de leur existence."

 

Commentaire

J'avais déjà lu Tchekhov il y a longtemps mais je n'en avais aucun souvenir.  J'ai relu la pièce, et je comprends tout à fait pourquoi je n'en avais aucun souvenir: il ne se passe définitivement pas grand chose. 

 

Ok, j'exagère.  Mais si plusieurs choses m'ont touchée dans ce texte (j'y viens, j'y viens), n'empêche que malgré que la pièce soit courte, ce n'est pas toujours palpitant.  C'est voulu, bien entendu.  Tchékhov voulait montrer les gens dans leur quotidien, des gens ordinaires, placés dans une situation un peu hors de l'ordinaire.   Un peu. L'ennui, la difficulté à vivre quand on a perdu des illusions, c'est l'un des thèmes de la pièce.   C'est probablement un effet voulu que celui de nous le faire ressentir à la lecture.

 

Oncle Vania, c'est une pièce assez triste.  Les personnages ne sont pas tout d'une pièce, on sent qu'ils ont déjà vibré qu'ils ont déjà été autre chose, mais malgré quelques rares pointes d'humour dans la situation, la pièce baigne dans une atmosphère résignée.  L'oncle Vania a toujours estimé son beau-frère, le professeur Sérébriakov et a fait rouler le domaine pour lui, lui envoyant chaque sou sans rien garder.   Il a déchanté depuis et en veut à Sérébriakov, qui se pavane en ville alors que lui, fait tout le travail à la campagne.   La pièce culminera en la confrontation entre les deux hommes, mais on y verra aussi Sonia et son amour sans espoir pour le Docteur.  Elena qui se sacrifie pour son mari, qu'elle n'aime pas.  Ces personnages évoluent dans ce domaine de province, ne sachant que faire pour être significatifs, pour que leur vie compte, alors qu'elle est en fait plutôt gâchée. 

 

C'est donc une lecture en demi-teinte, qui m'a un peu laissée sur ma faim malgré le message et cette douleur résignée dans laquelle la pièce se termine, et qui n'a pu que me toucher.     Toutefois, ce n'est pas une lecture qui m'a réellement exaltée.  Je serais curieuse de voir ce que ça donne sur scène, par contre. 

 

logosemainerusse3

 

LogoUneAnneeEnRussie

challenge-auteurs-morts.jpg

Et ça compte aussi pour ça, vu que Tchekhov est décédé après avoir bu un verre de champagne, rien de moins!

 

(Et l'allure de ce billet est l'une des principales raisons pourquoi je finis toujours par oublier les logos... trois comme ça, plus long que le billet... bref, passons.)

Partager cet article