Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mon coin lecture ... maintenant à moncoinlecture.com

Obsession - Catherine Kalengula

14 Février 2011 , Rédigé par Karine :) Publié dans #Littérature "Young Adult"

Obsession.jpgPrésentation de l'éditeur

"Je sens de nouveau l'étrange caresse qui m'avait tant terrifiée alors que je dansais seule sur la scène du Fairhall. Envoûtée par ce souffle, je suspends tout mouvement, de peur de l'interrompre.  Soudain, un murmure au creux de mon oreille.  Les battements de mon coeur se bousculent.  La panique me submerge.  Comme l'autre fois, il n'y a personne près de moi.  Une seule question, une seule obsession: suis-je en train de devenir folle?

 

Une jeune danseuse débarque à New York pour y accomplir le rêve de sa vie.  Une rêve qui va virer à la hantise."

 

Commentaire

Je me sens vraiment toute seule sur ce coup.  "Obsession" est un livre que je voulais vraiment lire, ayant été attirée par le monde de la danse et la réécriture qui se pointait le nez.   De plus, la couverture me plaisait beaucoup et les avis que j'avais lus étaient tous très très positifs.  J'avais donc de hautes attentes.  Sauf que bon, je n'ai pas du tout aimé. 

 

Je savais que je n'aimerais pas à la page 8, en fait.  Tout de suite, le style d'écriture ne m'a pas du tout accrochée.  Trop d'adjectifs et d'adverbes extrêmes, une simplicité dans le ton et surtout, surtout, beaucoup trop de précisions.  Dans un roman, j'aime quand je dois inférer les sentiments et les envies des personnages.  Ça me dérange toujours un peu qu'on me donne le tout "tout cuit dans le bec" et qu'on me précise que tel déhanché est vulgaire, que tel regard est haineux, qu'un tel personnage a dit sa réplique d'un ton méprisant.  Et ce fut le cas ici.  J'aurais aimé que les choses soient moins claires, qu'on ne me précise pas à chaque fois qu'un personnage était furieux... non mais ça se voit, non?

 

De plus, autre détail, qui m'est bien personnel et que je ne peux reprocher à qui que ce soit.  Ce sont des jeunes.  Donc on parle de "garçons".  Souvent.  C'est normal, c'est une histoire d'amour pour ados.  Des filles aiment des garçons.  On s'entend, dans mon parlé quotidien à moi, on ne dit pas "garçon" pour parler des jeunes ados.  Seulement les tout petits, les moins de 10-12 ans, genre.  Ça me fait toujours rire quand j'entends les copines l'utiliser parce que si on dit ça chez moi, ça fait très artificiel.  Rien à reprocher à l'auteure, la protagoniste est Française.  C'est normal qu'elle parle avec des expressions françaises.    Sauf qu'après de noooombreuses utilisations de ce mot, j'ai été agacée.  Mais je ne peux blâmer que moi sur ce coup!

 

Je parle et je bougonne sur des détails, mais je n'ai rien expliqué!  Il s'agit donc d'un roman jeunesse où une jeune danseuse de 19 ans, Gisèle, débarque à New York pour tenter sa chance à Broadway.  Ses parents sont horriblement incompréhensifs et s'en foutent, elle n'a pas un sou devant elle et tout le monde ou presque semble la détester dès qu'ils la rencontrent, à part 2-3 personnes.  Lorsqu'elle ira passer une audition, elle sera embauchée pour faire le ménage du théâtre par Bevan, le propriétaire de l'endroit, jeune "garçon" au début de la vingtaine.  Mais elle sent rapidement une présence, un souffle, alors qu'il n'y a personne autour d'elle.   Déchirée entre Chance, personnage fantômatique et malsain et Bevan, elle apprend à se découvrir comme danseuse et comme personne.  Bon, comme personne, je ne l'ai pas vraiment découverte en temps que lectrice par contre, et ça fait partie du problème.  À part qu'elle était droite, timide, gauche et pas profiteuse pour deux sous, je n'ai pas l'impression de connaître cette fille. 

 

Il y avait une idée de base qui m'intéressait beaucoup.  On ne peut manquer de remarquer les parallèles avec "Le fantôme de l'opéra" sauf qu'ici, il est question de danse et pas de chant.  L'être "surnaturel" est jaloux, effrayant, possessif mais fait avancer la protagoniste.  Plusieurs éléments rappellent aussi cette histoire.  La demande de Chance, le mausolée...  Du fantôme mélangé un peu avec Roméo et Juliette aussi, vu que c'est le ballet qui est monté dans l'histoire.  La danse reste toutefois au second plan. 

 

Malheureusment, donc, ça n'a pas fonctionné pour moi.  J'ai trouvé le tout très convenu, j'ai vu les ficelles rapidement (bon, c'est pas nouveau), dès que je me disais que je commençais à aimer, une remarque ou un cliché par rapport au monde du spectacle me faisait replonger dans mon état de "bof" initial.  Non mais pourquoi tout le monde est si méchant envers cette pauvre fille?  Sa mère se fout d'elle?  Son père est sévère et souhaite la voir échouer?  La star - et les trois quarts de la troupe - la hait?  La serveuse la bitche?  Tout le monde à l'école s'était moqué d'elle?  Ça pourrait pas finir?  Et ça va à une vitesse folle, ces sentiments.  D'un à l'autre, je ne savais plus où donner de la tête. 

 

Bref, je suis restée totalement extérieure alors que le thème avait tout pour me plaire.  Du coup, ma déception n'est que plus grande.  Toutefois, comme je suis la seule à être aussi négative, je vous suggère de ne pas vous fier à mon seul avis et d'aller voir ceux, beaucoup plus positifs, de Celsmoon (Clair de jour), Stephie, Pimprenelle et Lael, pour ne citer que ceux-là.

 

Et je le répète avant de me faire sauter dans la face: c'est mon avis, qui n'implique que moi et ma rencontre - ou plutôt non-rencontre - avec ce livre.  

Partager cet article