Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mon coin lecture ... maintenant à moncoinlecture.com

Noughts and Crosses (Entre chiens et loups) - Malorie Blackman

13 Janvier 2012 , Rédigé par Karine :) Publié dans #Littérature "Young Adult"

Noughts-and-crosses.jpgPrésentation de l'éditeur

"Callum est un nought - un citoyen de seconde classe dans un monde dirigé par les Crosses.

 

Sephy est une Cross, fille de l'un des hommes les plus influents du pays.

 

Dans leur monde, les noughts et les Crosses ne se mélangent pas.  Et pendant que l'hostilité tourne à la violence, Callun et Sephy peuvent-il trouver un moyen pour être ensemble?  Ils sont déterminés à essayer. 

 

Et alors, la bombe explose..."

 

Commentaire

"Noughts and Crosses", c'est le jeu de Tic Tac Toe. Mais je ne vous apprends sans doute rien. 

 

Ce roman nous plonge dans un univers qui ressemble terriblement à ce qui a été vécu aux États-Unis au milieu du 20e siècle.  Bon, vous me direz que le racisme existe toujours, mais ces événements-ci m'ont rappelé ce que j'ai lu au sujet de l'époque que je viens de mentionner.  Mais à l'envers.  Parce que bon, le fait que les blancs aient été dominants, c'est un coup de dé dans l'histoire hein... il aurait pu en être tout autrement.  

 

Donc, Callum est blanc.  Sephy est noire.  Ils se sont connus enfants, la mère de l'un étant bonne d'enfants pour la mère de l'autre.  Officiellement, il n'y a plus d'esclavage, les droits sont les mêmes.   Même que les blancs peuvent aller dans des écoles pour noirs.   Quelle chance ils ont.  Of course, ils doivent marcher droit, très droit.  Sinon bon, no second chances.  Et même pas de première, parfois.  Impossible de ne pas être interpellé par tant d'injustice, tant de haine gratuite.  Et là, on se dit que la réalité n'était vraiment pas loin de ça.  Ou a-t-elle été pire?

 

Pour moi, la grande force de ce roman a été - avec le transfert de point de vue -  les personnages.  Pas qu'ils soient particulièrement sympathiques, non.  Mais leur ambivalence, leurs ton de gris (ce n'est PAS un mauvais jeu de mot) ont fait que j'ai trouvé ce roman totalement poignant et qu'il est venu me chercher.  Callum et Sephy sont loin d'être parfaits.  Leur bonne volonté les met toujours dans l'embarras, Sephy est parfois complètement naïve et Callum se laisse guider à la fois par la peine et la colère que par la justice.  Il n'y a pas de bon ni de mauvais côté ici...  Mais leurs sentiments l'un par rapport à l'autre sont tellement ambigüs, tellement influencés par les événements, tellement peu clairs qu'ils sonnent vrai.  Pour Callum, Sephy représente tout ce qu'il hait.  Pour Sephy, Callum est aveuglé, il ne la comprend pas, il interprète tout à l'envers et la blesse sans arrêt.     Mais malgré toute la tourmente, les bombes, les accusations, il y a autre chose, d'autres sentiments là-dessous, qui restent, qui évoluent. 

 

L'histoire se passe sur plusieurs années, les points de vue sont alternés entre Callum et Sephy, nous permettant ainsi d'entrer dans leurs pensées.  Il y a beaucoup de violence, certains mots et certains actes font mal.  Le terrorisme est présent mais la fin justifie-t-elle les moyens?   C'est clair, direct, l'auteur ne mâche pas ses mots.  Et le tout fait mal, vraiment mal. Quelle finale. 

 

Et je dirai que, bizarrement, la chose qui m'a le plus interpellée est la scène du plaster.  Plusieurs ne l'ont probablement pas remarquée mais pour moi, cette scène banale a représenté à quel point le racisme - même parfois involontaire de nos jours - est présent dans les petits gestes, dans le quotidien.  Ça et les "oublis" de l'histoire. 

 

De la jeunesse (mais selon moi pas pour les trop trop jeunes... c'est rude, quand même) qui, je l'espère, va déclencher certaines prises de conscience.  Et maintenant, il va falloir que je lise la suite.  Ça adonne bien j'ai une commande à faire tout bientôt.  Oui, encore.  Je sais, je sais...

 

  mois anglais 2

Encore un autre lu dans le cadre du mois anglais!

Partager cet article