Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mon coin lecture ... maintenant à moncoinlecture.com

My house in Umbria (Ma maison en Ombrie) - William Trevor

29 Mai 2013 , Rédigé par Karine :) Publié dans #Littérature Europe (anglais)

Reading turgenevCe court roman est le deuxième qui se trouvait dans le recueil "Two Lives" de Trevor, après "Reading Turgenev", que j'ai adoré.   J'ai donc tout de suite enchaîné avec celui-ci, ayant envie de rester dans l'univers de l'auteur, teinté d'évasion, d'imagination, le tout frôlant (ou entrant carrément) dans la folie. 

 

C'est encore ces thèmes qui sont explorés ici, mais bien différemment.  Une femme au lourd passé, auteure de romances, s'est installée en Ombrie, dans une genre de "maison d'hôtes".  Et un jour, il y a un accident.  Et les rescapés viennent pour un temps s'installer chez elle. 

 

Ce qui m'a fascinée dans ce roman, c'est l'évolution du lecteur face à la narratrice.   Au départ, on se questionne.  Une femme dans la cinquantaine, au lourd passé.  Puis on croit la découvrir un peu, cette dame qui essaie de s'échapper dans ses romans d'amour qui finissent bien.  Puis soudain, un malaise.  Trop de grappa...  Ses paroles, ses actions, sa naïveté, son insistance...  Quelle est la part de réalité dans tout ça...

 

C'est un bien curieux microcosme que ces personnages.  Un Général à la retraite.  Un allemand.  Et Aimée, une enfant.  On croirait presque qu'ils vont parvenir à un équilibre, qu'il vont recréer quelque chose.  Pas une famille mais quelque chose qui s'en rapproche un peu.  Puis arrive l'oncle de l'enfant.  Qui ressemble à Joseph Cotten...

 

La narration est très bien maîtrisée et la plume précise et incisive.  Nous avons droit à des réminescences parfois embrumées, des passage de romans d'amour, des retours à la réalité.  Tout est sous-entendu, on fait confiance au lecteur pour tirer ses propres conclusions.  Des  personnages atypiques, pas toujours sympathique mais profondément humains avec leurs faiblesses, leurs bassesses mais aussi leurs "grands" moments. 

 

J'ai refermé cette parenthèse (car c'en est une) avec un sourire triste.   Je relirai l'auteur, vraiment vraiment!

Partager cet article