Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mon coin lecture ... maintenant à moncoinlecture.com

Mon traître - Sorj Chalandon

5 Août 2013 , Rédigé par Karine :) Publié dans #Littérature Europe (français)

mon-traitre.jpgJe voulais lire ce roman depuis des années.  Parce qu'il était question de l'Irlande, de l'IRA et tout ce qu'on imagine que cette guerre a été.  Et parce que j'avais entendu dire que la figure de Tyrone Meehan, le fameux traître, était basé sur un personnage réel qu'avait côtoyé l'auteur. Un certain Denis Donaldson. 

 

Après avoir refermé ce roman, mes sentiments sont mitigés.  Parce que si j'ai aimé beaucoup de choses dans le roman, j'ai un bémol majeur concernant le narrateur, qui m'a un peu gênée dans ma lecture. 

 

Mise en contexte.  Antoine est luthier à Paris.  Pour ses 30 ans, il va voir un copain à Dublin et décide d'aller visiter Belfast. Là, il rencontrera Jim O'Leary, sa femme Cathy mais surtout Tyrone Meehan, leader charismatique en qui il trouvera une figure presque paternelle.  Au cours des années, il sera passionné par ce combat qui n'est pas le sien et la trahison de Meehan le bouleversera profondément. 

 

Je ne spoile pas en disant que Tyrone Meehan trahissait l'IRA.  On l'apprend dès le début.  Et ce fait donne une couleur un peu nostalgique et particulière à la première partie du roman, dans les rues de Belfast occupées par les Anglais, peu sures, dangereuses.  On assiste à la naissance d'amitiés intenses, à la passion du narrateur pour l'Irlande, qui souhaite devenir Irlandais, qui voudrait que ce soit son combat.  Que cet hymne qu'on chante à la fermeture des bars soit le sien.   Mais voilà, cette exaltation dure.  Jusqu'à tasser tout le reste.  Les amis, la vraie vie. Et là, on se rappelle que le narrateur la trentaine et que cette naïveté qui est tout sauf attendrissante, cette vie par procuration est ma foi terriblement triste.  Et c'est là où j'ai eu du mal.  J'y ai difficilement cru.  Je trouvais son comportement parfois tellement ahurissant que je suis restée à l'extérieur, ne réussissant pas à ressentir une quelconque empathie pour le personnage. En fait, on ne sait rien de lui.  Sauf ce qui le définit par rapport à l'Irlande et à ses amis. 

 

Par contre, j'ai trouvé la réflexion intéressante et vers la fin, quand le narrateur commence à s'ouvrir les yeux, sur ce qu'a été cette vie limite fantasmée, j'ai retrouvé l'intérêt.  Que reste-t-il quand c'est fini, les révoltes et les révolutions?  Qui est-on quand la poussière retombe?  Qui est-on quand on trahit?  Qu'y a-t-il de vrai?  Comment vit-on avec ses proches?  Soi-même?  

 

Bien entendu, il y a des clichés mais ils sont compréhensibles étant donné le parti pris du narrateur.   Et si le thème principal est la trahison, les raisons qu'on ne connaîtra jamais, ce qui m'a surtout interpellée, c'est l'après.  La vie après.  L'écriture est simple, directe, avec quelques répétitions parfois agaçantes, toutefois. 

 

Si le thème m'a plu, je n'ai pas ressenti l'émotion de "Une promesse" mais c'est un auteur que je relirai.

Partager cet article