Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mon coin lecture ... maintenant à moncoinlecture.com

Miss Charity - Marie-Aude Murail

29 Septembre 2010 , Rédigé par Karine :) Publié dans #Littérature jeunesse

Miss CharityPrésentation de l'éditeurcoup-de-coeur.gif

"Charity est une fille

Une petite fille.

Elle est comme tous les enfants débordante de curiosité, assoiffée de contacts humains, de paroles et d'échanges, impatiente de créer et de participer à la vie du monde.

Mais voilà, une petite fille de la bonne société anglaise des années 1880, ça doit se taire et ne pas trop se montrer, sauf à l'église, à la rigueur. Les adultes qui l'entourent ne font pas attention à elle, ses petites soeurs sont mortes. Alors Charity se réfugie au troisième étage de sa maison en compagnie de Tabitha, sa bonne. Pour ne pas devenir folle d'ennui, ou folle tout court, elle élève des souris dans la nursery, dresse un lapin, étudie des champignons au microscope, apprend Shakespeare par coeur et dessine inlassablement des corbeaux par temps de neige, avec l'espoir qu'un jour quelque chose va lui arriver."

 

Commentaire

Non mais pouvez-vous m'expliquer pourquoi j'ai attendu si longtemps avant de sortir ce livre de ma pile?   C'est que j'ai passé un moment tout simplement dé-li-cieux en compagnie de Miss Charity et de ses amis. Je dirais même plus, il entre directement dans mon panthéon doudou!  Rien de moins!

 

Ce roman, inspiré assez librement de l'auteure et illustratrice Beatrix Potter, m'a fait retomber en enfance.  Je suis de celles qui connaissaient Peter Rabbit et Jemima Puddle-Duck.  Ce sont pour moi de vieilles connaissances.  Impossible de ne pas sourire tendrement au souvenir de ces petits héros!  Marie-Aude Murail ne s'est pas contentée simplement de faire une biographie de Beatrix Potter; l'histoire est adaptée, certains éléments sont changés, même si l'auteure est facilement reconnaissable. 

 

Nous rencontrons donc la petite Charity Tiddler, 8 ans, qui grandit dans un milieu aisé (sous-entendre "étriqué" et "rigide") du Londres Victorien, enfermée au troisième étage d'une grande maison où elle est étrangère.  Ses parents sont dans leur monde et les bizarreries de leur fillette ne font pas partie de ce qu'ils considèrent comme "les bonnes manières".  La petite fille est donc laissée à elle-même aux soins d'une bonne plutôt... instable et bien vite, sa nursery se remplit de petits amis à quatre pattes, à qui elle parle et à qui elle apprend des tours.  Persuadée par sa mère qu'elle n'est pas très jolie, pas très adaptée, pas très gentille, elle se sent extérieure au monde courant, que ce soit avec ses parents ou avec ses cousins et cousines qui ne comprennent que difficilement son intérêt pour les sciences ou pour réciter par coeur des sonnets et des pièces de Shakespeare.

 

Très attachante, donc, cette petite Charity dont la voix traverse le roman et lui donne un ton à la fois ironique, drôle et parfois très tendre.  Elle grandit au cours des pages et son ton change également, vieillissant avec elle. Charity est une jeune fille moderne et autonome, un peu trop peut-être, et elle regarde son époque avec un oeil un peu ironique, se révoltant intérieurement contre les conventions, les manières du beau  monde et ce que son état de "fille" implique.    L'écriture est très belle et riche mais aussi très abordable et très adaptée à l'histoire.  Je me suis délectée de l'humour pince-sans-rire de Miss Charity.  Et quel plaisir de croiser Oscar Wilde et George Bernard Shaw!  Sans parler de tous ces personnages portant le nom de célèbres personnages de romans anglais (Lady Bertram, Mr. Tulkinghorn, Miss Gardiner). 

 

Un plaisir de la première à la dernière page, donc.  Ces 562 pages se tournent toutes seules et l'heure tourne sans qu'on s'en rende compte (je me suis mise en retard, c'est pas peu dire!)  Un roman qui se déguste, donc, et qui nous met un doux sourire sur le visage du début à la fin.  Les dialogues sont succulents, c'est tout plein d'humour, on imagine très bien autant la vie dans la maison de Londres qu'à la campagne et j'étais toujours contente de voir apparaître "une voix" inopinément.  J'en aurais voulu encore et encore! 

 

Dire que je suis très enthousiaste n'est pas encore suffisant, je trouve!   Les illustrations de Philippe Dumas sont très mignonnes et oui, il est lourd mais c'est tellement bien que ça ne compte pas!  Tout simplement enchanteur!  Un délice, je le redis!

 

Et parce que ça m'a donné le goût, demain, billet sur ma visite à Hill Top Farm, la maison où a habité Beatrix Potter, dans le Lake District.


logo--murail.jpg

Lu dans le cadre de "Découvrons un auteur chez Pimprenelle!

Partager cet article