Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mon coin lecture ... maintenant à moncoinlecture.com

Merveilleusement givrée - Audrey Parily

15 Mai 2010 , Rédigé par Karine :) Publié dans #Romans d'amour et de guimauve... sans vampires!

Merveilleusement-givree.jpgPrésentation de l'éditeur (spoilers sur le premier tome... j'ai changé un mot!)

« Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants.» N'est-ce pas le plus grand mensonge de toute l'humanité ? A moins que ce ne soit moi qui aie manqué l'appel lorsque les fées distribuaient sans compter le bonheur conjugal ! Hum. Quelqu'un aurait-il pensé à organiser des sessions de rattrapage par hasard ?

Tout était pourtant très bien parti. J'avais un amoureux tendre et passionné. Des amis fidèles. Un premier roman en librairie. Une mère satisfaite des choix de sa fille (OK, seulement à moitié, mais bon) quand. Bang ! Je suis tombée de mon lit et je me suis réveillée ! Apparemment, je n'étais pas faite pour le costume de la Belle au bois dormant. J'ai donc quitté mon conte de fées et j'ai sauté à pieds joints dans la réalité. Résultat : c'est le chaos.

"Mon chum" travaille seize heures par jour et c'est à peine si nous nous voyons. Ophélie, ma demi-sour, s'est installée chez nous, la tête remplie de projets farfelus, propres à nous conduire au désastre. Et croyez-moi, le désastre n'a pas loupé le rendez-vous ! Donnez-moi une aspirine.

Heureusement, mon roman se vend comme des petits pains et s'apprête même à voir le jour de l'autre côté de l'Atlantique. (Yeah ! Insérez ici une danse de la victoire.) Un séjour en France s'imposerait-il ?

Toujours avec passion et détermination, Isa relèvera les défis qui la guettent au détour pour se rendre compte que, vraiment, la vie n'a rien d'un long fleuve tranquille !


Commentaire
Quand je suis en panne de lecture, j'ai tendance à choisir des trucs légers, qui font sourire, pour m'en sortir.  J'avais acheté ce livre au salon du livre de Québec, mais dans ma grande paresse, j'avais oublié de vider le sac...  et il était resté au fond d'un sac à dos.  Sauf que comme j'avais bien hâte de le lire, quand j'ai eu besoin du dit sac à dos, j'en ai profité pour commencer ce livre, qui est la suite de "Passionément givrée",  et que j'ai finalement lu dans la journée. 

Disons-le d'emblée, j'ai nettement préféré ce 2e tome au premier!  Les personnages gagnent selon moi en profondeur, sont plus caractérisés, sans pour autant perdre ce petit quelque chose qui leur est propre; on les reconnaît  bien.  Le thème est toujours l'amour, bien entendu, mais j'ai trouvé le ton beaucoup plus nuancé, chacun vit l'amour à sa manière.   Ce qui convient beaucoup plus à la lectrice que je suis. 

Mais remettons-nous en contexte.  Ce roman se passe principalement 2-3 ans après la fin de Passionément givrée et de gros changements sont advenus dans la vie d'Isa, personnage principal, française expatriée au Québec.  En effet, elle a choisi de travailler 4 jours pour écrire son roman, il est publié et.... ça fonctionne!  Elle est donc propulsée, à son plus grand bonheur, dans le tourbillon des salons, des entrevues et son entrée dans le monde de l'édition se déroule à merveille.   On sent que cette partie est inspirée des expériences de l'auteure elle-même car j'ai retrouvé beaucoup de réflexions qui recoupaient ce qu'elle disait sur son blog quand elle parlait de la sortie de son livre et de son enthousiasme face à ses lectrices et à cet univers.  

Son couple, quant à lui, roule un peu carré.  Son chum travaille tout le temps et ne semble pas partager son enthousiasme face à son roman et son succès.  Oui, il est content... mais pas siiiii content.  Elle sent un mur s'ériger et est totalement impuissante face à tout ça.  Et comme la demoiselle a toujours une confiance en elle vacillante et que selon sa vision de l'amour, elle voudrait être le centre de la vie de son amoureux et son presque unique point d'intérêt...  ça ne lui plaît pas nécessairement.  Mais elle fait des efforts.  Sauf que bon, des fois, ça ne va pas nécessairement comme on le souhaite, n'est-ce pas...

J'ai encore une fois apprécié la plume de l'auteure, simple et légère, qui convient parfaitement au ton de l'histoire.  On est sur le mode de l'auto-dérision, on est toujours au présent (qui passe bien car le personnage principal s'adresse directement au lecteur) et l'histoire avance bien.  On sent l'infuence québécoise et les distinctions entre la façon de parler des gens, sans jamais tomber dans la caricature.  À plusieurs reprise, je me suis dit que certaines situations traîneraient jusqu'à la fin du roman mais non, finalement... la "presque-conclusion" arrive assez vite et on bâtit là-dessus pour s'en aller ailleurs et ça, ça m'a plu.  

Nous sommes bien entendu dans la comédie romantique (je n'utiliserai pas le terme "chick litt" car le personnage principal mentionne dans une entrevue qu'elle n'aime pas cette appellation... intéressant ce débat où elle en profite pour expliquer sa vision de l'écriture et du style qu'elle a choisi). on ne se tord pas de rire mais on sourit souvent.  Isa est bien différente de moi mais je m'y suis quand même attachée, avec ses réactions extrêmes, même si je n'ai pas pu vraiment m'y identifier.  À part pour la petite voix (que j'appelle pour ma part "mon hémisphère gauche") qui lui remet ses motivations et son occasionnelle mauvaise foi par rapport à elle-même en pleine face... oui, j'ai la même... ou presque. 

Quant aux chapitres "Dans la tête de Maxim", qui m'avaient moins plus lors du premier roman, comme je me connais comme lectrice, je ne les ai pas lus.  Je préfère les hommes mystérieux, je préfère quand je dois deviner ses motivations... j'aime travailler un peu quand je lis alors j'ai passé ces chapitres.  Bon, ok, en fait, je les ai passés à ma première lecture et je les ai lus après... juste pour voir si j'avais bien fait de ne pas les lire... (je sais, je ne suis pas à un paradoxe près).  Et oui, pour mon besoin à moi, j'avais bien fait car dans le reste du roman, l'auteure avait bien fait transparaître tout ça, j'avais tout compris, je n'avais pas besoin qu'on me le dise noir sur blanc.

Et avec la fin du roman, impossible de ne pas avoir le goût de lire la suite, qui sortira possiblement l'an prochain. 

Et juste une précision: non, mon billet n'est pas plus positif parce que je veux éviter que l'auteure vienne crever mes pneus!  J'étais morte de rire à la lecture d'un passage (que je ne retrouve pas après avoir fouiné pendans 20 minutes dans le livre) mais qui dit en gros qu'elle avait lu une critique d'une bloggueuse qui n'avait pas vraiment accroché à l'histoire en soi malgré des côtés positifs et que sa première réaction avait été d'aller crever ses pneus et de lui souhaiter plein de choses pas gentilles.  Un peu normal!  Je dois être l'une de celles dont les pneus ont survécu de justesse l'an dernier!  Ouuuuffff!!! ;))) (Je sais... j'ai utilisé 3 fois le mot "pneu" dans ce paragraphe... je sais pas écrire et j'assume!)

Finalement, j'ai beaucoup aimé les citations à la fin de chaque chapitre.. plusieurs était griffonnées dans mes agendas d'étudiante... et ça m'a fait sourire!

Partager cet article