Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mon coin lecture ... maintenant à moncoinlecture.com

Magie d'un soir (Bridgertons 3 - Benedict) - Julia Quinn

18 Février 2012 , Rédigé par Karine :) Publié dans #Romans d'amour et de guimauve... sans vampires!

Bridgerton-3.jpgPrésentation de l'éditeur

"Comme le rapporte la mystérieuse lady Whistledown dans sa chronique mondaine, on a vu, lors du fameux bal masqué des Bridgerton, le cadet de la famille, Benedict, en compagnie d'une ravissante inconnue vêtue d'une robe argentée.  Mais à minuit, la belle s'est enfuie.  Depuis, la haute société se perd en conjectures sur son identité.  Benedict a beau la chercher dans tout Londres, elle semble s'être évaporée à jamais.

 

Qui pourrait savoir que sous le masque de soie noire se cachait Sophie Beckett, la fille illégitime du compte de Penwood, haïe par sa marâtre qui la cantonne à l'office?  Quand Benedict croisera de nouveau Sophie, saura-t-il la reconnaître sous ses vilaines nippes de domestique?"

 

Commentaire

Ce tome a été le premier de la série des Bridgerton à faire son apparition dans ma pile, il y a déjà un bon moment, quand Stéphanie me l'avait offert pour le Swap Holmes.  Si vous cherchez le lien, c'est que j'était en pleine ENQUÊTE - c'est le mot-clé ici - pour découvrir les romances historiques. Bon, ma pile était ce qu'elle est, et moi étant psychorigide, je l'ai lu presque 2 ans plus tard.  Il fallait que je lise le tome 1 et le tome 2 avant, quand même!

 

Je pourrais commencer ce billet par "Il était une fois..."  parce qu'en fait, ce tome est en partie une réécriture de Cendrillon, comme vous avez pu le remarquer si vous avez lu la présentation de l'éditeur.  Sophie, fille illégitime, est détestée par sa belle-mère, Araminta, une femme cruelle, haïssable et injuste, qui l'utilise presque comme esclave à la mort de Lord Penwood.  Sauf qu'un soir, elle ira au bal dans une robe argentée.  Et sera remarquée par Benedict Bridgerton, le "numéro 2" et ils passeront quelques heures magiques... qui seront interrompues par les 12 coups de minuit.   Et là, nous sommes page 80.  Sur 444.  Vous pouvez bien vous imaginer que les pages restantes ne sont pas qu'une série interminable d'essayage de chaussures (ou de gants, dans le cas présent) et que l'histoire prend un tour totalement différent. 

 

Ce troisième tome m'a beaucoup, beaucoup plu.  D'abord, j'aimais déjà les personnages.  J'adore cette famille et je trouve que Julia Quinn a beacoup de tact dans sa façon de nous les faire rencontrer et apprécier avant "leur" tome, sans pour autant nous inonder de Bridgerton.  J'adore leurs chamailleries parce qu'au fond, on sait que sous tout ça, ils s'adorent tous et toutes (lucky them). Et là, je vais avouer que la traduction ne m'a pas vraiment dérangée.  Certes, c'est différent mais c'est tout de même très agréable à lire, on ressent l'humour et les références (notamment à Austen) et les piques qui font partie intégrante du style de Julia Quinn.   Cet humour et ce ton me plaisent beaucoup. 

 

Et cette fois, l'histoire est loin d'être un copier-coller des deux autres et j'ai beaucoup apprécié ça.  Benedict se distingue définitivement d'Anthony et au fond, il cherche qui il est, au juste, au sein de cette grande famille alphabétisée dont tous les membres sont taillés sur le même modèle.   Pas de grande Blessure, mais un questionnement tout à fait normal, qui rejoint un peu celui des lecteurs, en fait.   J'ai aimé l'évolution de sa pensée, bien ancrée dans son temps au départ  et qui évolue par la suite.  Bref, ça m'a beaucoup plu. 

 

Quant à Sophie, elle est également différente de Daphné ou de Kate.  Ayant été traitée comme une servante toute sa vie au lieu d'être choyée, elle sait bien où est sa place mais se prend à rêver.  Contrairement à Benedict, elle sait ce qu'elle est, qui elle est, même si elle est moins flamboyante que les autres demoiselles de la série.  Intelligente mais réservée de par sa condition, elle a un côté "trop gentil" qu'on lui pardonne tout de même à cause de ses réflexions "à part" qui font sourire. 

 

Mais mon gros coup de coeur là-dedans, ça reste quand même Violet Bridgerton, la maman, dont on découvre un petit peu l'histoire.  Elle se dévoile dans toute sa splendeur à la fin du roman, dans une scène épique où Sophie aura sa revanche sur la méchante belle-mère (non, je ne spoile rien quand même, en disant ça... comme si vous ne vous en doutiez pas, hein!).  J'aime aussi son côté protecteur et sa façon de deviner ses enfants, plus rapidement qu'eux-mêmes, en fait.  Bref, j'aime. 

 

Et j'ai très, très hâte de lire l'histoire de Colin. 

Limite trop hâte!

 

Logo-once-upon-a-time-1.jpg

Et c'était ma première participation au challenge Once upon a time, de ma copine Pimpi!

Partager cet article