Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mon coin lecture ... maintenant à moncoinlecture.com

Looking for Alaska (Qui es-tu Alaska) - John Green

6 Février 2012 , Rédigé par Karine :) Publié dans #Littérature "Young Adult"

Looking-for-alaska-real.jpgPrésentation de l'éditeur

"Avant...

Miles "Pudge" Halter en a fini de sa vie morne à la maison.  Son entière existence a été un grand non-événement et son obsession des "famous last words" lui a seulement donné encore plus envie du "grand peut-être" (François Rabelais).  Il arrive donc dans le monde un peu fou, possiblement instable et tout sauf ennuyant de Culver Creek, un pensionnat, et sa vie devient tout autre.  Parce qu'il y a Alaska Young.  Alaska est une fille belle, intelligente, sexy, brisée mais bizarrement fascinante.  Elle entraîne Pudge dans son monde, le propulse dans le Grand Peut-Être et s'empare de son coeur. 

 

Après...

Rien n'est plus pareil.

 

Commentaire

J'avertis tout de suite, je sens que je vais avoir du mal à parler de ce livre.  Je vais du mal à expliquer mon ressenti sans rien dire.  Donc, je vais pouvoir dire que j'ai été touchée mais sans pouvoir expliquer pourquoi.  Life is a b****. 

 

Disons-le d'emblée, j'ai beaucoup aimé ce roman jeunesse.  Oui, je sais, je suis dans une période "romans d'école".  J'aime les romans se passant dans les boarding schools.  Miles/Pudge (appelé ainsi parce qu'il est maigre comme un clou), arrive donc à cette école après une vie de solitude dans laquelle il n'est pas vraiment malheureux.  Il est juste spectateur.  À Culver Creek, tout va changer.  Rapidement, son colocataire, surnommé le Colonel (j'adore ce personnage, vraiment), l'entraîne dans un autre style de vie.  Une vie où on prend des risques, ou on risque le tout pour le tout pour un moment.  Et il y a Alaska, sa meilleure amie.  Ensemble, ils sont les rois des mauvais coups et sont dans une drôle de guerre constante avec les Weekday Warriors, les riches étudiants qui rentrent chez eux le week-end.   Rapidement, Pudge est fasciné par Alaska, personnage un peu énigmatique, qui vit des highs incroyables et des downs tout aussi incroyables, en l'espace de quelques secondes.  Alaska qui, on le réalise, est une jeune fille profondément perturbée. 

 

Toute la première partie nous fait connaître les personnages, nous fait les apprécier et entrer dans leur petite bulle où ce qui est important est, en apparence, de jouer des tours pendables et de fumer en cachette.  Bien entendu, il y a plus derrière tout ça et on ressent réellement à quel point ces lieux peuvent créer des amitiés intenses en peu de temps.   Ce sont des bribes, des moments.  Certains banals, certains très intense.  Parce que bon, pendant qu'on les vit, on ne sait pas toujours quel moment sera significatif après coup.  Nous savons que nous sommes dans le "avant".  Le décompte est annoncé chaque jour.  Mais nous ne savons pas avant "quoi".  (Et non, contrairement à certaines, je ne suis pas allée voir dès le début du roman.  Je ne balancerai personne ici.  Je suis une bonne fille, moi).  Et là, soudain, c'est après.  Et on est dans un autre monde.

 

C'est ce après que j'ai trouvé génial, en fait.  L'auteur a réussi à cerner des sentiments ambigüs et complexes à les faire évoluer, à faire évoluer les personnages dans une situation difficile.   J'ai été très touchée par leur désespoir, leur quête, leur sentiment de culpabilité, leur envie de savoir, de comprendre qui est vraiment Alaska, en restant tout de même des ados, souvent centrés sur eux-mêmes.  L'auteur, avec la voix adolescente de Pudge, réussit à nous faire transparaître de façon convaincante l'évolution d'un adolescent qui, dès qu'il commence vraiment à ressentir, réalise que quand on ressent vraiment, on s'expose à avoir mal.  J'adore l'écriture, la façon d'amener les choses.  Il y a une certaine candeur dans tout ça, les personnages évoluent mais pas sans heurts.  Puis il y a une certaine acceptation.  Une acceptation que des fois,tout ne se déroule pas comme dans un roman et tout n'est pas joliment bouclé à la fin de l'histoire.  Bref, pour moi, très réaliste. 

 

Beaucoup d'humour (la scène du bl** j** est hilarante... pauvres eux autres), des moments pratiquement tendres, d'autres d'exaltation.  Et des larmes aussi.  J'ai eu par moments une grosse, grosse boule dans la gorge.  Of course.  Mais je suis une grande braillarde, c'est bien connu!

Partager cet article