Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mon coin lecture ... maintenant à moncoinlecture.com

Le fantôme de l'opéra - BD - Christophe Gaultier (adapté de Gaston Leroux)

1 Juillet 2011 , Rédigé par Karine :) Publié dans #Bandes dessinées - mangas

Fantome-de-l-opera-BD.jpgPrésentation de l'éditeur

C'est un extrait... avec des bulles, et même des dessins... je ne vais pas recopier ça hein!  Beaucoup connaissent l'histoire, de toute façon!

 

Commentaire

Le fantôme de l'opéra et moi, c'est une vieille histoire d'amour. Quand j'ai ouvert le colis du swap "Images" de Fashion et que j'ai vu cette superbe couverture, je l'ai presque immédiatement ouverte pour revisiter une nouvelle fois cette histoire, celle d'une petite chanteuse d'opéra qui a su gagner le coeur d'un personnage mystérieux et terrifiant à la voix d'or vivant dans les combles de l'opéra, mais également celui d'un jeune Vicomte qu'elle a connu enfant.  Histoire romantique?  Certes, mais pas que ça.  C'est un roman plein de mystère et d'aventures, le tout dans le décor grandiose de l'Opéra de Paris.

 

Ce qu'il faut savoir au départ, c'est que je la sais par coeur.  Sans exagérer.  Le roman comme la comédie musicale.  Du coup, j'étais un public tout prêt à aimer mais quand même assez critique quant aux détails de l'adaptation.   J'ai d'abord été charmée par la couverture, sombre et magnifique.  Si j'ai mis un moment à adhérer aux dessins des visages des personnages (ok, un gros moment), j'ai tout de suite aimé les décors sombres et ombreux.  On reconnaît l'opéra mais un opéra transformé en un curieux labyrinthe inquiétant et étouffant.   L'atmosphère est donc bien rendue et cet aspect m'a plu. 

 

Et là, un coup terrible... on a changé le nom des personnages.  Christine est devenue Ingrid et Raoul est maintenant Pierre.  Imaginez le choc culturel pour une fille qui connaît les dialogues par coeur!   Surtout que plusieurs dialogues, plusieurs commentaires et passages du roman sont illustrés et utilisés dans la BD.  Que ce soit la main de la mort rouge qui serre un bras, ou Christine (oups... Ingrid... je ne m'y fais pas) qui veut aller plus haut, toujours plus haut, on reconnaît réellement le roman.  J'aime toujours reconnaître des passages ou des citations précises, c'est plus fort que moi.

 

Bien entendu, c'est en accéléré, des épisodes ont été retranchés pour coller au format.   Si ça ne nuit pas vraiment à la compréhension du récit, ça a tout de même pour moi enlevé une partie de l'intensité, tout de même.  Le mystère du fantôme au départ, toutes ses actions bizarres... c'est moins mystérieux.  Toute la période  à "jouer au futur petit mari et la future petite femme" n'y est pas, ce qui rend la conversation sur le toit ma foi un peu étrange.  Bon, entendons-nous, cette histoire d'amour est précipitée et romanesque au possible aussi dans le roman.  Sauf que là, c'est un peu soudain.  Et en plus, plusieurs visites au Fantômes sont zappées, ce qui fait que pour garder le passage où Christine (Ingrid... merde je me suis trompée à chaque fois... je corrige post-billet) plaint Erik dans sa loge et où Raoul  (Pierre... faut croire que c'est ancré) la voit disparaître, il y a quand même un tour de passe passe avec la cohérence... car selon ce qui est raconté là, elle n'apprend le nom d'Erik qu'après... 

 

Mais bon, certains me diront que ce sont des détails, tout ça.  Un peu, je sais.  Mais je n'ai pas pu m'empêcher de les remarquer.  Toutefois, s'il y a moins de mystère dans la BD que dans le roman, cette adaptation et l'atmosphère créée par les dessins m'ont assez plu pour que je veuille lire la suite, même si ce n'est pas un coup de coeur, ne serait-ce que par curiosité, pour voir quels passages seront illustrés.  Parce que oui, c'est une première partie.

 

Merci Fashion!

Partager cet article