Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mon coin lecture ... maintenant à moncoinlecture.com

Laysen disparue - Margaret Mitchell

26 Novembre 2012 , Rédigé par Karine :) Publié dans #Littérature américaine

Laysen-disparue-copie-1.jpgPrésentation de l'éditeur

"Incroyable"  L'auteur d'Autant en emporte le vent avait donc laissé derrière elle une autre oeuvre romanesque, restée inédite durant trois quarts de siècle!  À sa mort, en 1949, Margaret Mitchell avait demandé la destruction de toutes ses archives personnelles.  Mais, à l'insu de tous, son ami d'enfance et de toujours, Henry Love Angel, s'était constitué un petit trésor de guerre - lettres, photographies et, surtout, le manuscrit dont elle lui avait cadeau on ne sait quand ni pourquoi - qui revoit le jour, quelques décennies plus tard.

 

Située dans un archipel du Pacifique Sud, Laysen disparue est une histoire romantique de marins, d'amour, d'honneur et de destin fatal.  L'héroïne y manifeste déjà toute la force de caractère d'une Scarlett O'Hara et les sentiments soufflent en tempête.  Il est assez stupéfiant de penser que lorsqu'elle écrivit ce court roman, Margaret Mitchell n'avait pas seize ans, et n'était pratiquement jamais sortie de sa ville natale d'Atlanta.

 

Il est donc passionnant de découvrir dans le même volume les lettres et les photographies de jeunesse, conservées par son amoureux le plus fidèle, qui révèlent une personnalité auussi précoce, audacieuse et fascinante que celle de ses propres héroïnes."

 

Commentaire

J'ai "Laysen disparue" pour la première fois lors de sa sortie en 1996.  J'étais à l'université et impossible pour moi de laisser passer un truc de Margaret Mitchell.  (Pour ceux qui débarquent ici, j'étais une fanatique finie d'Autant en emporte le vent.  Je pouvais le réciter limite par coeur).   Le problème, c'est que je n'en avais plus aucun souvenir.  Du coup, pourquoi pas le relire.   Et post lecture, je comprends un peu mieux pourquoi je ne m'en rappelais pas vraiment!

 

Ce n'est pas que ce soit mauvais.  C'est simplement un peu banal.  Et surtout, vraiment très court.  On parle de "court roman" mais en fait, j'appellerais ça une nouvelle.  74 pages écrites vraiment, vraiment très espacées (genre à doubles interlignes).   C'est une histoire d'aventures, racontée plusieurs années plus tard par un vieux marin que cette histoire a marqué à vie.  C'est romantique, tragique, plein de grandeur d'âme et de grands sentiments et étrangement, contrairement à la présentation, je n'ai pas été particulièrement surprise que ça ait été écrit par une ado, même si on s'entend que pour une jeune de 15 ans, c'est quand même drôlement bien.   Je n'ai pas trouvé non plus grand chose d'autant en emporte le vent dans tout ça (en fait, j'ai un problème avec la présentation et les analyses du texte plus qu'avec le texte lui-même, je crois) et si le personnage féminin est indépendant clairement à contre-courant, clairement courageuse et "tête dure", on retrouve beaucoup de l'auteur dans tout ça.  De la vie rêvée de l'auteur, je crois.  Il n'y a pas vraiment l'ambivalence de Scarlett ou encore la complexité de son caractère.  De par la longueur du truc, les personnages sont plus simples et manquent de relief.  Il n'y a que le marin qui a en quelque sorte vraiment capté mon attention.    Mais ceci dit, ça se lit tout seul, c'est complètement dramatique, l'atmosphère de l'île est bien réussie et ça fait voyager. 

 

Mon problème, avec le livre?  La première partie, qui est la présentation des documents (jusque là, pas de problème) et leur interprétation.  Hors-contexte.  On parle presque uniquement de l'histoire entre Henry Love Angel (pauvre gars, être affublé d'un nom pareil) et Mitchell. C'est un peu normal, ce sont de là que viennent les documents.  Mais on fait surtout beaucoup de "peut-être que..." et de "possiblement" qui, selon moi, tendent à donner une extrême importance à cette relation.  Plus que ce que moi j'aurais interprété des lettres.  Bon, je ne suis pas une experte, j'ai lu quelques bios et tout, mais je trouve qu'on tire vraiment des conclusions un peu hâtives et ça m'a un peu dérangée.  Mais bon, peut-être suis-je aussi dans les patates.

 

Toutefois, les lettres permettent d'apprécier une partie du caractère de l'auteure, un peu décalée dans son époque et surtout dans son milieu social.  Elle était particulière, cette demoiselle, à la fois fonceuse, avec de grands idéaux mais aussi éternellement malade et blessée (elle en parle dans presque toutes ses lettres).  Son ton est délicieux.  Dans ses lettres.  La nouvelle est plus conventionnelle. 

 

Bref, à lire pour les passionnés de l'auteur mais si c'est bien agréable, ce n'est pas non plus indispensable.  Selon moi, toujours.

Partager cet article