Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mon coin lecture ... maintenant à moncoinlecture.com

La reine Margot - Alexandre Dumas

30 Mai 2012 , Rédigé par Karine :) Publié dans #Littérature Europe (français)

la-reine-margot.gifPrésentation de l'éditeur

"Sous des rideaux de velours fleurdelisé d'or, dans un lit de chême sculpté, une femme à mitié nue, appuyée sur son bras, ouvrait des yeux fixes d'épouvante.

 

La Mole se précipita vers elle.

 

"Madame!  s'écria-t-il, on tue, on égorge mes frères; on veut me tuer, on veut m'égorger aussi.  Ah! vous êtes la reine... sauvez-moi."  Et il se précipita à ses pieds, laissant sur le tapis une large trace de sang."

 

Commentaire

Après un tout petit mini séjour de 3 ans dans ma pile (Pimpi m'avait offert ce roman lors du non-swap St-Valentin 2009), j'ai soudainement eu une envie folle de Dumas.  Il ne faut pas se poser de question, ça me prend parfois, comme ça.  C'est donc sur ce roman que s'est porté mon choix.  Choix heureux d'ailleurs.  

 

Ce roman est le premier d'une série de trois qui porte sur les Valois et les guerres de religion.  L'histoire se déroule sur deux ans à compter du mariage de Henri de Navarre avec Marguerite, soeur du roi Charles IX, pour des raisons purement politiques.  La guerre entre les huguenots et les catholiques fait rage et le roman s'ouvre sur le massacre de la St-Barthélémy, avec la violence qu'on lui connaît.   Bref, un roman d'intrigues politiques, de manigances de cour, de complots et de trahisons.  Oui, il y a des capes et des épées -même un célèbre manteau rouge cerise - mais on se passionne surtout pour les stratégies, les plans fous et la façon de les éviter.  Et bon, si j'ai mis un moment à bien démêler qui est qui, je me suis ensuite passionnée pour ces intrigues, j'ai tremblé avec Henri de Navarre, pour La Mole, pour la reine Marguerite et pour Coconnas. 

 

La Reine Margot, bien que très présente dans le roman, n'est pas l'instigatrice de tous les événements.  La tête pensante, c'est plutôt Catherine de Médicis qui, effrayée par une prophétie qui disait que ses trois fils seraient rois et qu'Henri de Navarre mettrait finalement fin au règne des Valois, tente par tous les moyens de parvenir à ses fin, précipitant plutôt le destin.  L'atmosphère de cour est malsaine, personne ne peut avoir confiance en personne, tout le monde est prêt à tout pour avoir du pouvoir.  Bref, il faut être sur ses gardes.    Et parallèlement à tout ça, nous recontrons deux gentilhommes de clans rivaux, la Mole et Coconnas, qui deviendront inséparables, amoureux et dont l'amitié deviendra légendaire. 

 

Encore une fois, on retrouve dans ce roman ce souffle si particulier qui fait qu'un Dumas est un Dumas envers et contre tous.  Ce n'est pas le plus spectaculaire mais il rend les personnages réels, vivants et très humains, avec leurs forces et surtout leurs faiblesses.  Le roi Charles IX est dépeint comme un être sans trop de scrupules, tant qu'il n'est pas trop dérangé dans ses habitudes.  Quant à la reine mère, elle est terrible.  Certaines scènes sont particulièrement vivantes, certaines sont presque effrayantes (toutes les scènes chez René le parfumeur, entre autres) et ce Louvre où l'intimité n'existe pas avec ses passages secrets, ses murs percés est presque un personnage.  D'autres scènes sont très sanglantes, voire même un peu gore, sans tout de même pousser la note.  

 

Bien entendu, comme toujours, Dumas a pris des libertés avec l'histoire.  J'ai adoré démêler le vrai du faux et faire le lien entre les événements réels et ceux du roman.  Les romans de Dumas rendent réellement les grands (et moins grands) de l'Histoire vivants et inoubliables!   Ma préférence va toujours aux trois mousquetaires et au comte de Monte-Cristo mais ce fut tout de même un mémorable moment de lecture!

Partager cet article