Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mon coin lecture ... maintenant à moncoinlecture.com

La grand-mère de Jade - Frédérique Deghelt

13 Mai 2011 , Rédigé par Karine :) Publié dans #Littérature Europe (français)

Grand-mere-de-jade.jpgPrésentation de l'éditeur

"Quand Jade, une jeune femme moderne, "enlève" sa grand-mère pour lui éviter la maison de retraite et fait habiter Paris à celle qui n'a jamais quitté la campagne, beaucoup de choses en sont bouleversées. À commencer par l'image que Jade avait de sa Mamoune, si bonne, si discrète..."

 

Commentaire

Je sens que je vais avoir un peu de mal à expliquer mon ressenti à propos ce roman parce que si j'ai aimé ma lecture, je lui reproche quand même certaines choses, qui m’ont parfois gênée sans pour autant gâcher ma lecture. Ça vous arrive, vous, des fois, de décider consciemment de ne pas vous laisser déranger par certaines choses pour apprécier quand même un roman? Ben c’est ce que j’ai choisi de faire avec « La grand-mère de Jade ». Apprécier le côté doudou, l’amour de la lecture, certaines phrases piochées au hasard qui m’ont vraiment rejointe, apprécier de voir ressurgir ma grand-mère et mes grands-tantes, tout en ignorant la facilité, la guimauve, les invraisemblances et les répétitions. Oui, oui, ça m’arrive de pouvoir faire tout ça!

 

Nous avons donc Jade, début trentaine, qui vient de rompre avec son chum des 5 dernières années pour cause d’ennui et qui a écrit un premier roman, non publié. Quand elle apprend que l’on s’apprête à mettre sa grand-mère en maison de retraite, elle décide, sur un coup de tête, de la kidnapper et de l’amener avec elle à Paris. Et là, si elle connaissait sa Mamoune, bonne et douce mamie de la campagne, elle découvre Jeanne, la femme, celle qui a toujours lu en secret et qui l’a toujours caché parce que dans son monde, c’était du temps perdu. C’est donc en passant par les livres et la lecture que Jade et sa grand-mère se découvrent.

 

J’ai apprécié le réel amour de la lecture que l’on ressent dans ce roman. Plusieurs phrases à ce sujet ont attiré mon attention, m’ont fait sourire, m’ont émue. J’ai aussi beaucoup aimé ce portrait de femme qu’est celui de Jeanne à la fois amoureuse de la nature et des livres, ayant gardé son secret depuis toujours. On s’attache à elle et cette histoire rappelle que chacun a déjà été jeunes, qu’il a vécu, a été passionné, a eu des grands rêves. Ce temps qui passe, ces différentes époques qui habitent chacun de nous dès que l’on commence à se sentir un peu vieux, ça me touche toujours beaucoup. Ce genre d’histoire vient me chercher à chaque fois. J’ai aussi aimé l’évolution de la relation entre les deux femmes qui se respectent comme telles. J’ai aimé voir l’équilibre se faire tout doucement.

 

J’ai toutefois été moins touchée par Jade, qui m’est apparue un peu transparente dans l’histoire. Il y a un côté idyllique à la relation, à la vision de la vieillesse ainsi qu’une facilité d’adaptation qui rend perplexe. Je n’ai pas bien ressenti ici un quelconque choc des générations, même si j’ai repéré les tentatives en ce sens. Peut-être qu’il n’avait pas lieu d’être non plus, je ne sais pas. Mais il y a quand même des répétitions et un côté assez lisse à cette histoire. Bon, ok, finalement, pas tant que ça. Mais je pense que j’aurais davantage apprécié un certain retournement de situation si je n’avais pas lu il y a peu un autre roman. Certains comprendront…

 

Bizarrement, le personnage avec qui j’ai eu le plus de mal a été le père de Jade, que j’avais le goût de secouer, même s’il est dépeint très favorablement par l’auteure. Non mais il est à l’autre bout de la planète… il peut bien parler, lui!

 

Pour terminer sur mes petites lubies personnelles, je dirai que si je lis encore une fois le mot « Mamoune », je fais un drame. Bon, c’est super perso, mais je n’aime pas les mots qui se terminent en « oune » (je sais, c’est d’une importance capitale, cette information… mais je dis ce que je veux hein, je suis chez moi!). Et entendons-nous, il est dit très, très souvent. Assez pour que j’aie vraiment du mal au début, jusqu’à ce que je fasse un effort pour cesser de me hérisser à chaque fois. Et ça a fonctionné, pour une fois.

 

Je me relis et je semble bien négative, même si j’ai aimé ce roman, que j’ai lu en une soirée, sans m’arrêter. Sans doute parce que le thème me rejoint, parce qu’on a tous besoin d’une lecture doudou de temps en temps.


« J’ai tout vécu, j’ai mille ans et je le dois aux livres. »

« Tu as de la chance ne pas les avoir encore lus, m'a lancé Jade avec cette envie impossible qu'a toute lectrice de redécouvrir pour la première fois ce qu'elle a aimé. »

Partager cet article