Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mon coin lecture ... maintenant à moncoinlecture.com

L'aventure des langues en occident - Henriette Walters

6 Juillet 2012 , Rédigé par Karine :) Publié dans #Essais - poésie et autres

l-aventure-des-langues-en-occident.jpgPrésentation de l'éditeur

"Du manxois à l'italien, de l'allemand au sarde, du portugais au néerlandais et au schwytzerbtütsch, une centaine de langues, régionales ou internationales, enseignées ou méconnues, officielles ou non, sont parlées aujourd'hui en Europe.

 

C'est au cœur de cette prodigieuse richesse que nous entraîne ici, en linguiste érudite et en exploratrice passionnée, l'auteur du Français dans tous les sens. Et c'est bien une aventure qu'elle nous conte, commencée il y a sept mille ans, et dont les péripéties sont des migrations, des conquêtes, des flux commerciaux, ou encore des édits décrétant la vie ou la mort d'un idiome...

 

On découvrira au fil de ces pages, les cent noms des pâtes italiennes, l'origine viking du " rugby ", la raison linguistique pour laquelle les Allemands ne se coupent jamais la parole... Et mille autres secrets et surprises de ces langues qui composent, en somme, une civilisation."

 

Commentaire

Hmmmm... je sens que je vais pas-sion-ner les foules avec ce billet!  Notez l'ironie, please.   Pourtant, ce serait dommage de passer à côté de ce livre parce que ce n'est pas un roman.  Il ne faut pas s'imaginer que ça ne raconte rien du tout.   En fait, ce livre raconte une histoire passionnante, celle de l'évolution des langues en Europe occidentale.  Ben quoi, moi, ça m'intérese!  En fait, étant donné le domaine dans lequel j'ai étudié, le contraire serait étonnant.  Voire légèrement problématique!

 

Soit, c'est un essai.  C'est instructif (nooon, ne vous sauvez pas tout de suite) mais ça se lit comme un roman et c'est fascinant.  L'auteure réussit à rendre la matière facilement accessible sans pour autant être simpliste.   Soit, c'est la base.  Je savais déjà plein de choses qui sont expliquées ici, surtout pour le français, mais je ne me suis pas ennuyée une seule minute. 

 

Toujours en lien avec la migration des populations et l'histoire, l'auteure nous parle du portrait linguistique - probable - de l'Europe de l'Antiquité  jusqu'à nos jours.  On nous parle des langues grecques, celtes, latines et germaniques, toujours en expliquant leur évolution, tant au plan phonologique, morpho-syntaxique que lexical.  Bon, surtout lexical, en fait.  L'auteure se contente de nous donner les les détails les plus percutants mais pour ce type d'ouvrage général, ça suffit largement.

 

Ne vivant pas en Europe, j'ai été fascinée par toute cette diversité linguistique, par cette évolution qui ne suis pas toujours les frontières, par ces enjeux politiques qui a façonné l'univers linguistique des peuples.  Et bizarrement, j'ai été attristée par la disparition de certaines langues régionales, étonnée de voir que des langues qui avaient une importance capitale à certaines époques avaient aujourd'hui presque complètement disparu sans laisser de descendance.   Et ce qui est fascinant, ce sont les emprunts, les évolutions.  Voir comment les langues intègrent des mots étrangers à la leur, comment ces mots se modifient, autant sur la forme que sur le sens, et comment ils sont parfois réempruntées par la langue d'origine.    Bref, j'adore ce genre de truc.  L'étymologie m'a toujours fascinée... et je réalise que c'est encore le cas.   Et ça m'a permis de réaliser que je me rappelais quand même assez bien de mon latin de secondaire.  D'ailleurs, parlant de latin, on m'a brutalement rappelé que le latin que j'ai appris à l'école n'était déjà plus celui que parlaient les romains dans Asterix.  (Oui, je sais, on a les références qu'on peut).  En fait, cette langue qui a été si longtemps celle de l'Eglise avait évolué de façon impressionnante... depuis très très longtemps. 

 

Que dire d'autre... J'ai appis que le basque était une langue autre qu'indo-européenne (étrange, quand même... serait-ce un coup du Docteur?), que Cheapside, à Londres (quoi, vous ne connaissez pas Cheapside?  La rue où habitent l'oncle et la tante Gardiner dans Orgueil et préjugés et qui choque tant Caroline Bingley?) ne voulait pas dire "quartier cheap, pas cher", comme je le croyais mais venait plutôt  du latin "caupo" qui signifie "cabaretier, aubergiste" (le tout dû à une évolution de la langue qui a transformé les /k/ en "ch").  J'ai compris pourquoi il y avait tant de mots en anglais (qui définitivement a une évolution vraiment particulière) ainsi qu'appris certains fondements des autres langues germaniques auxquelles je ne connais rien.  Je me suis passionnée pour le chapître sur le portuguais (suite à une visite à Lisbonne, j'avais harcelé ma copine Carine pour qu'elle m'apprenne des mots) et j'ai réalisé à quel point ma vision d'avant était réductrice.  Et les exemples et les anecdotes... j'adore! 

 

On parle très peu du français québécois (et bon, ça date un peu... il y a même une expression que je ne connaissais pas), ce qui m'a un peu déçue.  J'aurais aimé en lire davantage.  Par contre, il y a des distinctions intéressantes (bien que non-exhaustives) entre les anglais des États-Unis, du Canada, de l'Angleterre et de l'Écosse.   J'ai un autre livre de l'auteur dans ma pile (encore la faute de Yueyin), qui parle du français et de l'anglais... peut-être en apprendrai-je davantage dans celui-là!

 

À conseiller donc.  À tous ceux qui s'intéressent au langues.

Partager cet article