Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mon coin lecture ... maintenant à moncoinlecture.com

Eleanor and Park - Rainbow Rowell

19 Avril 2013 , Rédigé par Karine :) Publié dans #Littérature "Young Adult"

Eleanor-and-park.jpgPrésentation de l'éditeur

Ok, avouons-le, je me sens totalement paresseuse ce soir.  Donc, je n'ai aucune envie de traduire la présentation.  Du coup, je ne le fais pas.  Call me rebelle!

 

Commentaire

De Rainbow Rowell, j'avais beaucoup aimé Attachement.  J'aime le fait que ses personnages soient un peu geek, un peu étranges, pas très glamour.  En l'achetant, par contre, je ne savait pas que c'était jeunesse.  Ou YA... des fois, je ne sais plus lequel est lequel.

 

Bref, c'est l'histoire d'Eleanor et de Park.  Tous les deux ont 16 ans.  Elle, c'est la nouvelle qui non seulement est rousse mais qui est aussi un peu enrobée et qui s'habille comme la chienne à Jacques.  Lui, il est à moitié Coréen.  Pas populaire mais pas rejet non plus.  Sur la ligne, en fait. 

 

À un moment donné, tôt dans le roman, le prof d'anglais demande pourquoi on lit encore Roméo et Juliette de nos jours et Park répond que c'est parce que ça nous rappelle ce que c'est d'être jeune et en amour.  Et c'est exactement pour cette raison que j'ai aimé ce roman.  Pas que ça ait quoi que ce soit à voir avec la prose de Will (yep, we're on first names basis).  Mais c'est un roman qui se déroule en plein milieu des années 80 (un peu avant ma folle jeunesse, mais quand même, les références se ressemblent pas mal) et qui renferme une bonne dose de cuteness.  Impossible de ne pas se souvenir de ce premier amour, celui de toutes les découvertes.  De cette extraordinaire découverte que de telles sensations pouvaient exister, juste en se tenant la main.    Bref, ça m'a fait sourire (et même pouffer à certaines - peu glorieuses - réminiscences) et en gros, j'ai bien aimé.  Surtout la première partie

 

Le début de la relation est adorable.  C'est en fait ce que j'ai préféré dans tout le roman.  Le premier jour où Eleanor arrive dans l'autobus, Park est un peu découragé par l'allure de cette fille qui, selon lui, ne s'aide vraiment pas.  Il ne veut surtout pas lui parler, il ne faudrait pas descendre dans l'échelle sociale autobussienne!  Mais bon, leur amitié va s'établir sans un mot, puis évoluer ensuite... c'est mignon comme tout.   Bien entendu, on est dans une histoire d'ados.  C'est loin d'être l'amour au premier regard mais on tombe rapidement dans les "je ne serais rien sans toi" et autres "toujours".  Mais voilà, à cet âge, c'est tout à fait réaliste. 

 

Les personnages ne sont pas parfaits, ils semblent vrais, avec leurs grosses imperfections et leurs bizarreries.  Eleanor n'est pas facile à supporter tous les jours et Park n'est pas non plus un superhéros comme ceux des Comic books qu'il lit sans cesse (ah oui... c'est plein de références geek.  Dont une à Doctor Who.  Ai-je besoin de dire que ça m'a beaucoup plu?).  Il a ses faiblesses, ses doutes.  De plus, pour une fois, les parents existent dans ce roman, avec leurs ambiguités et leurs personnalités diverses.  Park n'est pas laissé à lui-même.  Et on a le goût de secouer la mère d'Eleanor - sans parler de Richie, son beau-père... mais qu'est-ce qu'elle fout avec lui??), les scènes dans sa famille sont étouffantes, limite désespérées. 

 

Une jolie romance sur les amours adolescentes, sur le premier amour, sur le Monde et le Temps qui, souvent, font obstacles à toutes ces grandes amours éternelles.  Oui, il y a des clins d'oeil aux amants de Vérone, certains pourront trouver l'histoire un peu plate, certains passages anticlimatiques... mais pour ma part, ça m'a beaucoup plu. 

Partager cet article