Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mon coin lecture ... maintenant à moncoinlecture.com

Dorothée danseuse de corde - Maurice Leblanc

1 Juin 2012 , Rédigé par Karine :) Publié dans #Littérature Europe (français)

Dorothee.gifPrésentation de l'éditeur

"Dans quatre familles, la même légende s'est transmise: un formidable héritage doit leur échoir.  Où, quand, comment?  Une médaille d'or est le talisman nécessaire à sa découverte. 

 

Jean d'Argonne la trouve mais est tué avant d'avoir pu la montrer à ses cousins Chagny.  Ceux-ci savent seulement qu'elle porte la devise: In robore fortuna - la fortune est dans... la fermeté d'âme... la force... ou le château de Roborey?  À la recherche de ce trésor fabuleux qui suscite bien des convoitises et provoque de nombreux drames, Maurice Leblanc, le père d'Arsène Lupin, nous entraîne dans de mystérieuses et extraordinaires aventures."

 

Commentaire

J'ai trouvé ce petit roman dans une bouquinerie toulousaine.  Le titre n'éveillait absolument aucun écho en moi mais à ce moment-là, il y a plusieurs semaines, je n'avais pas - encore - oublié que Maurice Leblanc était au programme du Blogoclub de lecture pour le premier juin.  Le tout m'était pas la suite complètement sorti de la tête et ce n'est qu'en voyant le mail de Lisa arrivé hier que j'ai allumé.  F*** c'était pour demain.  De là le billet tardif... MAIS LE BON JOUR QUAND MÊME!

 

Mais revenons au roman à la couverture un peu trompeuse.  Oui, trompeuse.  Parce que de mon Arsène d'amour, il n'est nullement question dans ce roman.  Et oui, j'avoue avoir fait une grosse lippe quand je m'en suis aperçue.  Mais c'était compter sans Dorothée, l'héroïne de ce roman, qui m'a rapidement charmée et qui m'a permis de tourner les pages à toute vitesse.  C'est donc à une haletante course au trésor qu'on nous convie.  Une course au trésor qui dure depuis 200 ans et dont les indices ont été semés par un ancêtre un peu farfelu qui avait de drôles d'idées en tête.  C'est le moins que l'on puisse dire. 

 

Miss Dorothée est donc directrice d'un petit cirque ambulant où elle est en vedette avec ses quatre "garçons" adoptifs.  Charismatique, enjouée, gaie et surtout très intelligente, elle mène tout son petit monde de façon ma foi assez charmante et son sens aigu de l'observation lui permet de jouer les diseuses de bonne aventure sans souci.  Quand Dorothée aperçoit une indication pour un certain château de Roborey, elle se remémore les derniers mots de son père... et décide d'aller voir le château de plus près.  C'est le début de l'aventure. 

 

Nous sommes ici dans un récit que je qualifierais de "à l'ancienne" faute de meilleur qualificatif.  Des indices semés, des personnages un peu folkloriques, une quête contre un méchant bien vilain (on nous le répète souvent, d'ailleurs), un côté un peu désuet, des face à face, des situations d'où l'héroïne se sort de justesse - she's so clever - et surtout, plein de ruines.  J'aime les ruines.  Et j'aurais adoré voir ce château recouvert de lichens... mais passons.  On nous balade à travers la France en caravane pour un rallye rendu très agréable par la personnalité de Dorothée, femme forte et douée pour le bonheur, qui ensorcelle tous ceux qu'elle croise.  Et c'est un régal que de suivre ses déductions et d'observer avec elle tout ce qui échappe au commun des mortels. Et bon, des légendes, des secrets familieux... comment pourrais-je résister à ça!

 

Je reprocherais cependant un indice très flagrant remarqué beaucoup trop tard (j'avais le goût de lui crier pour l'avertir) car il me semble qu'une personne si à l'affut aurait dû réaliser le tout bien avant.  Bien entendu, il y a quelques coïncidences très pratiques.  Mais on savoure les mini coups de théâtre et surtout, on souhaite le meilleur à Dorothée. 

 

C'était donc mon billet pour le blogoclub de lecture du 1e juin pour le Blogoclub de lecture, qui dure depuis tout plein d'années.  Ça a quelque chose de rassurant, je trouve, cette durée!  Merci à Sylire et Lisa de s'en occuper!  Et moi, je retourne chanter "c'est le plus grand des voleuuuuurs..." (dédicace spéciale à Alaure)... même si Arsène n'a pas daigné montrer le bout de son nez dans ce roman.

 

Blogoclub.jpg

Partager cet article