Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mon coin lecture ... maintenant à moncoinlecture.com

Demain est un autre jour - Lori Nelson Spielman

3 Mai 2013 , Rédigé par Karine :) Publié dans #Littérature américaine

Demain-est-un-autre-jour.jpeg

En refermant ce roman, je me suis tout de suite dit que ce livre pourrait être un doudou pour tout plein de gens.  Et je suis allée voir sur Goodreads et j'ai vu qu'en effet, il n'y avait presque que des coups de coeur pour ce titre (je pense qu'il a 4,92/5... fou!).  Idem sur les avis sur la blogo.

 

Alors pourquoi est-ce que pour moi, ça n'a pas vraiment fonctionné?

 

Je pense en fait que j'ai été agacée dès le départ par les prémisses du roman (parce que, as usual, je n'avais pas lu la 4e de couverture).  Mais sans spoiler, je vous raconte un peu. 

 

Brett (nommée because Hemingway) a 34 ans et dès les premières pages, nous la trouvons en deuil de sa mère, avec qui elle avait une relation presque fusionnelle (oui, ça vous rappelle quelqu'un... sans commentaire).   Elle s'attend à hériter du poste de PDG de l'entreprise familiale (qui vaut, on s'entend, plusieurs millions) mais sa mère lui offre plutôt une liste.  Une liste écrite par l'ado que Brett était quand elle avait 14 ans.  Sa mère lui donne un an pour tout réaliser sinon pas d'héritage.  Du coup, elle va s'y mettre. 

 

Alors voilà.  Bien entendu, sa mère était géniale, elle la connaissait  mieux que quiconque et tout... mais de là à décider que sa fille n'est pas heureuse et de lui demander de changer sa vie?  Croire qu'elle sait mieux qu'elle ce qui est bien pour elle? J'ai un bug immédiat avec ça.  Oui, je sais que le roman parle de rêves d'enfant, de la possibilité de changer de vie, de tout mettre en oeuvre pour être heureux.  Oui, je sais que l'héroïne avait probablement besoin d'un coup de pied au derrière.  Je sais tout ça. Mais j'ai été agacée.  Vraiment.  Il y a évolution du personnage dans le roman mais vouloir vivre la vie que nos parents croient bonne pour nous?  J'ai du mal.  Et je sais que ce n'est pas ce que l'auteur voulait dire.  Mais je l'ai ressenti comme ça. Bref, premier bug.

 

Deuxième bug?  Trop plein de bons sentiments.  Trop, trop, trop.  Trop de coïncidences.  Trop de moralisation sous-jacente.  Là, je vois les boucliers se lever!  Je sais, encore une vois, ce n'était pas le but de l'auteur mais moi, lectrice, je l'ai ressenti comme ça.  Trop de "ma mère aurait voulu ça" et de "c'est ce que ma mère aurait voulu"... Bref, du trop. 

 

Pourtant, ce n'est pas une lecture désagréable, loin de là.  C'est dans le genre comédie romantique, le genre d'histoire qui passerait très bien à l'écran.  Probablement mieux qu'en roman, selon moi.  Oui, j'avais deviné une bonne partie de l'intrigue super rapidement mais en fait, on évite quand même plusieurs clichés et facilités, ce n'est pas complètement attendu. .  Plusieurs personnages sont intéressants, touchants et plutôt nuancés, le personnage de la mère est omniprésent et on aurait le goût de la connaître.  Les enveloppes à ouvrir sont aussi très sweet et permet de garder la maman vivante et omniprésente dans les pensées de sa fille.   On sent tout l'amour de cette maman, qui voudrait que sa fille soit heureuse.  Et qui s'arrange un peu pour. 

 

J'ai aussi bien aimé l'écriture, l'évolution du personnage de Brett (enfin, une bonne partie de son évolution), ses réflexions en général, ses hésitations, sa difficulté à décoder ses sentiments.  J'ai aussi apprécié l'humanité de plusieurs de ses réactions.  Je trouve aussi que le message, celui de tâcher d'être heureux selon ce qui est important pour nous, de sortir de situations qui nous correspondent pas et de se bouger les fesses pour est génial.   Mais selon moi, c'est une démarche qui doit partir de soi.  De là mon premier bémol.

 

Un roman qui se lit tout seul et qui plaira à plusieurs. Mais tout de même, c'est trop guimauve pour moi.

Dans un roman. 

 

Comme je semble être vraiment, mais alors là vraiment très minoritaire, je vous renvoie vers les avis de Totalybrune, de Keisha et de Caco.

Partager cet article