Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mon coin lecture ... maintenant à moncoinlecture.com

Chroniques hypocondriaques

4 Juin 2014 , Rédigé par Karine :) Publié dans #Chroniques d'une LCA

Pause dans le mois anglais... pour raconter ma vie!

 

Vous le savez peut-être déjà, mais j'ai un super talent, dans la vie de tous les jours.  Sérieux, je dois être dans les championnes du monde... et je n'en suis pas vraiment fière.  Mais depuis que je suis toute petite, j'ai une habileté vraiment over développée: celle de transformer le moindre petit symptôme en maladie mortelle.  Et croyez-moi, je suis vraiment top.  On parle quand même de la petite fille de 4 ans qui guettait ses grains de beauté pour être certaine qu'il ne grossissent pas et de la fille de 10 ans (qui jouait encore à la poupée) persuadée de mourir... du sida après avoir vu 2-3 symptomes dans une expo-science.  Yep, j'avais déterminé que je mourrais à 17 ans max.   Je vous le jure, dans un concepts "dîner de cons" mais des hypocondriaques, je mériterais la palme haut la main.  

 

- Un mal de tête?  Ben non, c'est un cancer du cerveau, voyons... et je guette jour et nuit les signes neurologiques qui vont certainement suivre. 

 

- Un flash d'appareil photo qui ne veut pas partir de mon oeil?  C'est une dégénérescence, on m'a brûlé l'oeil.  Je vais perdre la vue et devoir me concentrer sur les livres audio parce que je ne pourrai plus lire.  

 

- Un peu de fatigue après mon flamenco?  J'ai une maladie dégénérative, c'est certain.  Et je guette pour voir si la faiblesse augmente et si je n'ai pas d'autres signes.  Je m'imagine communiquer avec un appareil et en chaise roulante en Russie à l'automne.  

 

- Un bleu dont je me ne souviens plus l'origine?  J'ai la leucémie.  C'est sans doute pour ça que j'ai eu du mal à me lever ce matin. 

 

Et je pourrais contiuer pendant des pages et des pages comme ça.  Et je n'exagère même pas.  J'ai déjà eu un cancer de l'ongle (il fendait sur le sens de la longueur), une tumeur maligne au coccyx, la maladie mangeuse de chair, le tétanos et... la peste.    

 

No comment.   Je suis la plus grande miraculée de la terre. 


Et surtout, ne pas à aller à l'hôpital pour me faire soigner hein.  Ne pas passer de tests!  Survivre à l'attente des résultats?  Impossible.  Faudrait m'induire un coma pendant le temps entre le test et le résultat pour éviter la crise cardiaque.  Ou la crise de nerfs.  Du coup, j'y vais pas.  Au cas où j'aurais de quoi, tsé!   Et que j'en étais CERTAINE!

 

Et comme je suis certaine que vous en connaissez dans le genre, je vais vous donner trois "choses à ne pas dire" à un hypocondriaque en pleine crise pour tenter d'arranger les choses.   Il faut nous croire hein... on n'exagère pas!  On est CERTAINS qu'on va mourir ou souuuuuffrir...  et on voit looooin en avant!  On a beaucoup d'imagination. 

 

1.  Ben non, c'est pas (un cancer, la malaria, la variole... etc).  Tu aurais aussi TEL OU TEL SYMPTOME. 

Mauvaise idée.  Oui, je sais, ça part d'une bonne intention... mais c'est une mauvaise idée quand même.   Parce que vous savez quoi?  Tout bon hypocondriaque est capable de somatiser N'IMPORTE QUOI.   Et quand je vous dis n'importe quoi, c'est n'importe quoi.   Je vous jure, 2 jours plus tard, on l'a, le fameux symptome.  Et on est encore plus certain que "c'est ça". Et en plus,  vous vous organisez pour en avoir pour des jours à voir la personne se surveiller pour être CERTAINE que le symptome n'est pas là.   La graaaande joie!

 

2.  Tu fais ça pour attirer l'attention.

Bon, peut-être qu'en fait, dans mon inconscient profond, c'est ça.   Peut-être que c'est mon identité profonde.  Peut-être que j'en tire un bénéfice quelconque (quoique sérieux, quand j'en suis à tourner comme un ours en cage autour du divan, je me demande bien quel bénéfice il y a).  Mais je vous JURE que sur le coup, ça n'a aucun espèce de lien conscient avec un "occupez-vous de moi".  Du coup, même si vous me le dites, ça donnera rien pantoute.  Juste de me faire fâcher après vous.  

 

3.  Ben voyons, essaie de te calmer!  Prends sur toi!

Sérieux?  C'est vraiment sérieux, ce super conseil?  Écoute, y'est 3h du mat, je t'appelle parce que je suis certaine que j'ai un cancer de l'estomac (alors que je me portais à merveille 2 jours avant) en phase terminale, je SAIS que je vais me faire dire que je suis cinglée, je SAIS que ma panique n'a aucun espèce de bon sens et je t'appelle quand même en pleine nuit pour me faire engueuler.  Tu penses VRAIMENT que je n'y ai pas pensé toute seule, à prendre des grandes respirations?  Si j'en suis là, justement, c'est que je ne peux pas ma calmer.  Si je le pouvais ben... je l'ferais!

 

Mais bon.  Comme j'étais sensée mourir à 17 ans... j'ai quand même eu 21 ans de sursis hein... c'est quand même pas si mal!

 

Vous en connaissez des comme moi, vous autres?  Allez, racontez-moi leurs (vos) pires folleries.  Ou les pires réflexions que vous vous êtes prises en pleine face!

Partager cet article