Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mon coin lecture ... maintenant à moncoinlecture.com

Blacksad - 3 - Âme rouge - Dìas Canales et Guardino

24 Novembre 2012 , Rédigé par Karine :) Publié dans #Bandes dessinées - mangas

Blacksad-3.gifPrésentation de l'éditeur

"Je restai plus d'une heure à observer en silence avant d'ouvrir la bouche et de rompre cet instant magique de création.  Cet être à la santé fragile se transformait en tornade quand il sentait dans sa main le contact d'un pinceau et l'odeur de peinture lui collant au museau"

 

Commentaire

Je pense que je passe mon temps à me répéter quand je parle de la série Blacksad.  Mais comme j'adore, je vais redire encore une fois.  Yep, je suis une grande radoteuse.

 

C'est le troisième tome des aventures de ce sexy chat habillé comme le 10e Docteur.  Personnage sombre, on en apprend un peu sur lui dans ce tome, ce qui le rend encore plus attachant.  J'aime ces personnages taciturnes et mystérieux.  Et on oublie rapidement que ce sont des animaux.  Étrangement.

 

Encore une fois, le graphisme est à couper le souffle et on se retrouve dans l'atmosphère d'un vieux film noir des années 50.   Le rythme, les plans variables et très cinématographiques ainsi que la "voix off" qui accompagne toute la BD contribuent à cette impression et c'est terriblement réussi.  Tout de suite, on plonge dans cet univers. 

 

Ce tome est centré sur un groupe partisan de gauche dont les membres se font appeler "Les 12 apôtres".  Ne l'oublions pas, nous sommes ans les années 50, en pleine guerre froide.  Le rouge, c'est le mal, à l'époque.  C'est aussi la période du maccarthysme, de la chasse aux sorcières, où certaines sympathies sont mieux d'être disons... discrètes.  L'un des membres du groupe d'artiste est tué et Blacksad, en raison de son histoire personnelle, souhaite découvrir le fin mot de l'histoire.  Il n'en demandait pas tant et ses certitudes seront ébranlées. 

 

Un excellent tome, réussi tant au plan du scénario qu'au plan du graphisme.  Ça se tient parfaitement, rien n'est inutile, certaines scènes sont presque déchirantes et les silences éloquents. Définitivement, je suis fan de cette série.

Partager cet article