Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mon coin lecture ... maintenant à moncoinlecture.com

Nikolski - Nicolas Dickner

6 Avril 2009 , Rédigé par Karine :) Publié dans #Littérature québécoise

Présentation de l'éditeur
"A l'aube de la vingtaine, Noah, Joyce et un narrateur non identifié quittent leur lieu de naissance pour entamer une longue migration.  Fraîchement débarqués à Montréal, ils tentent de prendre leur vie en main, malgré les erreurs de parcours, les amours défectueuses et leurs arbres généalogiques tordus.  Ils se croient seuls; pourtant, leurs trajectoires ne cessent ne se croiser, laissant entrevoir une incontrôlable symétrie au sein de leur existence."

Commentaire
Il traînait dans ma pile depuis un bon moment, celui-là.  Le résumé ne me tentait pas, les trois poisson me faisaient peur (le rouge au centre donne l'impression de vouloir m'avaler tout rond) et bon, ça ne me disait rien malgré les avis très enthousiastes de plusieurs personnes de ma connaissance.  Mais comme j'ai décidé de déterrer de temps en temps ces livres qui sont dans ma pile depuis plus d'un an et demi/deux ans, je l'ai glissé dans mon sac lorsque je suis allée à Montréal la fin de semaine dernière et j'ai plutôt passé un bon moment. 

Nikolski, c'est un petit village dans le nord du nord, comptant 36 habitant et quelques troupeaux d'animaux.  Nikolski, c'est là où pointe un certain compas qui devrait pourtant indiquer le nord.  C'est là aussi où doit se trouver Jonas Doucet, nomade qui semble disparu dans la nature et qui a, tout loin qu'il soit, une certaine influence sur les personnages de notre histoire.

Les personnages, ce sont Noah, améridien ayant grandi dans une camionnette en Saskatchewan, récemment arrivé à Montréal pour étudier l'archéologie. Joyce, descendantes de pirates et flibustiers de toutes sortes, qui décide de perpétrer la tradition familiale, ainsi qu'un libraire sédentaire qui collectionne les guides de voyage. Et ils m'ont beaucoup plus, ces personnages solitaires, qui cherchent à répondre à leur passé, chacun à leur manière, en fouinant dans ce qui en reste, dans ce que les acteurs passés ont laissé derrière.  Chercher son passé en le fuyant en même temps, ce n'est quand même pas évident... Tout au long du roman, ils se croisent par de curieuses coïncidences, dans des événements banals, sans conséquences, semble-t-il.  Les personnages secondaires sont aussi hauts en couleurs sans pour autant devenir totalement non crédibles. 

J'ai beaucoup apprécié les divers décors, de l'Amérique centrale, en passant par les plaines ou encore le Marché Jean Talon.  Les atmosphères sont bien décrites et on se laisse emporter par ces histoires et par la plume de Dickner que j'ai par ailleurs beaucoup appréciée.    Certains éléments, comme le fameux livre sans visage, qui ne cesse d'apparaître, m'ont beaucoup plu. 

Vient l'heure du bémol.  Si j'ai beaucoup apprécié tout le temps de ma lecture, j'ai eu l'impression de terminer le livre en plein milieu.  Je suis même allée voir en magasin pour voir s'il ne me manquait pas des pages... et non.  Je suis restée un peu sur ma faim, avec un certain sentiment d'inachevé.  J'aurais voulu que les personnages m'en dévoilent un peu plus, aller plus loin.  Bref, j'étais complètement dubitative en refermant le livre...  Tout ça pour ça?  Mais bon, je ne regrette nullement ma lecture car le livre m'a fait passer un réel bon moment.  J'aurais juste aimé que la fin soit plus... comme une fin!

Moi qui ai toujours aimé les fins ouverte, on dirait que j'ai du mal, ces temps-ci... mais bon, ça me passera!

7/10

Partager cet article