Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mon coin lecture ... maintenant à moncoinlecture.com

Une saison dans la vie d'Emmanuel - Marie-Claire Blais

13 Février 2008 , Rédigé par Karine :) Publié dans #Littérature québécoise

Saison.jpgRésumé
L'histoire d'une famille pauvre comptant 16 enfants et vivant sur une ferme, dans les années 1940-50.   Nous y rencontrons une grand-mère omniprésente, un père rustre et une mère absente et épuisée par les grossesses et les travaux de la ferme.   Il s'agit de la première saison d'Emmanuel, bébé naissant et de la dernière de Jean Le Maigre, son frère aîné.  

Commentaire
Contexte numéro 1: Ce livre a été écrit dans les années 60, en pleine révolution tranquille.  J'imagine donc que dans ce contexte, il était plutôt "coup de poing" comme roman.  Ça doit être le cas pour qu'il ait traversé ainsi les années.  Personnellement, si je n'ai pas détesté sa lecture, elle ne m'a pas non plus marquée ou jetée par terre. 

Commentaire numéro 2: J'ai lu ce livre à ce moment précis parce que la fille de ma collègue, en secondaire 1 (donc, à l'âge vénérable de 12 ans), avait ce livre comme lecture obligatoire.  La jeune fille n'y comprenant pas grand chose, sa mère, n'étant pas particulièrement fan de lecture, m'en a parlé et m'a demandé d'en discuter avec elle, sans lui donner les réponses toutes cuites dans le bec, bien sur!.  Pourquoi pas!  J'aime toujours parler bouquins. 

J'ai terminé le livre.  Et la première question qui me brûle les lèvres est la suivante: même si c'est un classique de la littérature québécoise de l'époque, pouvez-vous bien me dire pourquoi ils mettent ce livre comme livre obligatoire pour des jeunes de 12 ans??  Je ne suis pas prude, loin de là.  Il n'y a rien dans ce livre qui m'a choquée.  J'ai lu plus "hard" déjà.  Mais quand même.  On y parle quand même d'une famille où les frères adolescents ou préadolescents ont "ben du fun" à quatre dans leur lit, où les frères du monastères s'amusent avec les jeunes novices (désolée pour le "parler en paraboles"... je ne veux pas de drôles de google-visiteurs ici en utilisant les termes qui seraient appropriés!) et j'en passe.  Je sais que les jeunes de nos jours en ont vu d'autres.  Mais ici, comme tout est clair mais tout de même suggéré, ça n'a même pas l'avantage (pour eux) d'être clair!   La petite demoiselle de 12 ans avait retenu de ce livre "que les enfants étaient vraiment sales et dégueulasses et que les usines à chaussures étaient dangereuses".  Ca donne une idée!

Bon... retour au sujet!  Si à 12 ans j'aurais trouvé ça vraiment pénible, ça n'a quand même pas été le cas ici.  En fait, j'ai plutôt aimé la première partie du roman.  Le Septième, et surtout Jean Le Maigre, adolescent doué et poètes, sont deux personnages auxquels je me suis attachée et dont j'ai bien aimé lire les aventures.  Les passages du journal de Jean sont mes favoris.  Sa personnalité joviale, un peu exaltée malgré sa maladie (il est tuberculeux) et son contexte difficile m'a plu. J'ai beaucoup moins apprécié la fin du roman, que j'ai trouvée plus fade.   J'aime bien la grand-mère Antoinette, qui fait ce qu'elle peut pour survivre et rester forte dans la tourmente quotidienne.  

On y parle donc du destin des enfants d'une famille pauvre.  Des enfants qui meurent souvent en très bas âge, ce que l'on trouve normal.  Des enfants qui n'ont pas beaucoup de chance, pas beaucoup d'opportunités non plus.  Cette réalité est bien dépeinte et on sent le poids du quotidien dans toutes les pages.  Poids que le personnage de Jean parvient à rendre plus léger au début du livre.  La narration alterne d'Emmanuel, à Jean, à un narrateur omniscient et les transitions s'effectuent fluidement.   Les mots sont forts, justes.

Un bon moment de lecture, jusqu'aux 2/3 du roman environ... par contre, je ne sais trop ce qu'il m'en restera à long terme... Peut-être parce qu'il s'agit, justement, du récit d'une saison...  

7/10     
 

Partager cet article