Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mon coin lecture ... maintenant à moncoinlecture.com

Balade en train assis sur les genoux du dictateur - Stéphane Achille

15 Janvier 2008 , Rédigé par Karine :) Publié dans #Littérature québécoise

undefinedRésumé
"Dans un restaurant de New York, un musicien sans succès croise un homme en complet gris accompagné de gardes du corps.  Après quelques rencontres amicales, l'homme invite le musicien à visiter son pays.  Et les voilà à bord d'un train sillonant un pays d'Amérique du Sud où règne la terreur.  Or cette terreur est à sens unique, car l'homme en complet gris est le "président à vie" du pays en question, un dictateur qui gouverne son peuple l'arme au poing.  Sous sa soudaine et imprévisible tutelle, l'innocent musicien se verra asséner de mémorables leçons."

Commentaire
À
"La Recrue du mois", plusieurs bloggueurs commentent le premier roman d'un auteur québécois.  Comme je trouve que c'est une excellente initiative et aussi un bon moyen de faire des découvertes, j'ai choisi de lire le roman en même temps qu'eux et participer à ma façon.  Ce mois-ci, la recrue était "Balade en train assis sur les genoux du dictateur" de Stéphane Achille.   Je vous invite aussi à aller lire leurs critiques sur le site de "La recrue"!

J'ai terminé le roman depuis plusieurs jours et j'attends avant d'écrire ce billet... parce que je ne sais trop quoi en dire.  En fait, j'ai bien aimé la lecture et j'ai passé un bon moment.  J'ai aimé les chapitres courts, l'alternance entre les chapitres sur la musique et les chapitres avec le dictateur... mais j'ai la sensation étrange d'avoir manqué quelque chose.  En fait, je ne suis pas certaine de bien comprendre l'intention derrière le roman.   Je suis plutôt certaine d'avoir loupé quelque chose, en fait.  Je me suis même demandé si, en fait, toute cette histoire n'était pas qu'un rêve.

J'ai beaucoup aimé les chapitres où le jeune musicien (français... mais probablement qu'il a des ancêtres québécois) parle de sa désillusion face au monde de la musique où la passion se retrouve vite noyée à travers les chiffres et le côté "petit quotidien" de la chose.  Certaines réflexions (les signatures, entre autres) m'ont beaucoup interpellée. J'ai aimé aussi le parallèle entre la dictature et les médias, les "grosses" boîtes qui imposent leur vision.   La vulnérabilité du jeune artiste, caché derrière des millions de moyens de défense, centré sur lui-même est palpable dans une bonne partie du roman.  Pourtant, je n'a pas ressenti le personnage comme étant "tout d'une pièce" car, d'un autre côté, non seulement il évolue au cours de ces quelques jours (j'ai d'ailleurs beaucoup apprécié cette évolution dans les rôles), mais il a lui aussi sa part de cynisme,  et un désir de "sauver la face" à tout prix.  J'ai senti son désir d'être célèbre, adulé... mais ne contrôlant pas cela, il tente de contrôler ce qu'il peut: ainsi que l'apparence et l'air d'être au-dessus de tout ça.  Quitte à souffrir, quitte à manquer des rendez-vous... tant qu'il ne perd pas la face et réussit à trouver un coupable.   Il est un peu le dictateur de son disque.  Ça j'ai aimé.  J'ai senti ça "vrai". 

C'est la partie concernant le dictateur par laquelle je suis un peu dépassée.  J'ai commencé par voir ce dictateur comme une personnification du pouvoir, de la puissance qui ne croit plus en rien.  Un dialogue avec lui-même et la destruction de ce désir de puissance et des rêves de grandeur pour accepter la réalité. Je voyais le tout comme une allégorie mais certaines remarques sur l'industrialisation, sur les régimes socialistes et totalitaires me portent à croire qu'il y a plus que ça et que j'en ai vraiment manqué un bout.

Bref, un bon moment de lecture mais mes yeux sont encore pleins de points d'interrogation.  Je vais continuer à y réfléchir, je pense!!

7,5/10      

000cocos.gif

Partager cet article